Actualité

  • Publiez sur MarocAntan vos documents anciens (cartes, photos, affiches, monnaies...) : envoyez par e-mail des copies numériques en haute résolution et participez ainsi à la construction d'une vaste banque d'images gratuite sur le Maroc d'autrefois.

    ■ ■ ■

    Informez-vous sur la vie du site (en savoir plus).

    ■ ■ ■

    Effectuez vos recherches sur le Maroc ancien et consultez les petites annonces.

    ■ ■ ■

    Nouveau ! Découvrez RadioAntan.

Cartes postales & photographies

  • ■ ■ ■ Villes et campagnes

    Survolez la carte interactive : des info-bulles vous indiquent le nom des différentes régions du Maroc. Cliquez sur chacune d'elles pour afficher les images correspondantes. Et commencez le voyage...

    Agadir et sa région Casablanca et sa région Fès et sa région Marrakech et sa région Meknès et sa région Ouarzazate, Zagora et le Sud Oujda et l'Est Rabat et sa région Safi, Essaouira et leur région Sahara et confins sahariens Tanger, Tetouan et le Nord
  • ■ ■ ■ Nos aïeux et les vôtres

    Une galerie des principales figures du Maroc d'antan : souvent étonnantes, toujours émouvantes. Peut-être y reconnaîtrez-vous l'un de vos parents ?

  • ■ ■ ■ Grande et petite histoire

    Le récit imagé de l'histoire du Maroc aux XIXème et XXème siècles, ainsi que de sa relation passionnée avec la France.

Livres & textes

  • Améliorez votre connaissance du Maroc d'autrefois, grâce à des ouvrages anciens ou contemporains. Bibliophiles, érudits ou curieux, découvrez et proposez les titres indispensables.

Rechercher dans MarocAntan

Ils font le site

Communauté

  • Communauté de MarocAntan sur MyBloglog

« Azemmour, au fil de l'eau | Accueil | La mystérieuse sépulture de Bouznika »

Commentaires

Abdellah Naguib

Cette image rappelle le bon vieux temps des grands Caïds, des collaborateurs du Makhzen et par ricochet sont devenus des agents d’autorité sous le protectorat français.
Ils avaient pour noms : El Goundafi, Le Pacha El Glaoui, El Ayadi, Elmtougui etc.

Le régime du protectorat renforça les pouvoirs de ses agents en leur attribuant des rôles de représentativité des Marocains grâce à une campagne de presse savamment orchestrée qui leur donna l’occasion à maintes reprises de faire l’éloge du régime du protectorat et de discréditer le Mouvement National et ses dirigeants.

S.M Sidi Mohammed Ben Youssef s’était rendu en France en 1951 sur invitation du Président de la République Française Mr Vincent Auriol, il avait dressé la liste des personnalités marocaines qui l’avaient accompagné, parmi ces personnalités le Pacha El Glaoui et El Ayadi. Après cette visite de Sa Majesté couronnée par l’accueil chaleureux que réservèrent à Sa Majesté le gouvernement français et les habitants de Paris, toute la délégation marocaine rentra au Maroc sauf le Pacha El Glaoui et El Ayadi retenus par les ultras du Maroc et le lobby parisien (pendant un mois à Paris) pour engager une campagne mensongère à l’encontre du Mouvement National et le Sultan.

Il n’y avait pas que les grands Caïds comme « clients » du système de la Résidence pour brouiller les cartes, d’autres « Artistes » on prêter leur concours au système colonial moyennant de larges rétributions, parmi les plus actifs :

1- Le Chef religieux Abdelhaï El Kettani qui s’était rendu en France, reçu par le Président de la République qui lui passe autour du cou la grande « croix de la légion d’honneur » en présence du général Juin, il a été reçu par des parlementaires en présence de plusieurs ministres. Au cours de cette réception El Kettani qualifia la France de « Lumière de l’Univers » !

2- Temsamani, conseiller (sic) auprès de la Résidence Générale qui présida une délégation de « journalistes » pour se rendre en Angleterre défendre le point de vu de la France.

3- Idriss El Idrissi, Président d’un parti factice subventionné par la Résidence et responsable d'un journal "LIBERTE".

Le général Alphonse Juin, Résident Général de France, qui quitta le Maroc pour assumer de hautes responsabilités au sein de l’Otan, avait laissé auprès des « ultras » de la colonisation le souvenir de celui qui avait entrepris les manœuvres politiques pour accélérer « l’annexion du Maroc » …

Lorsque le général à été promu Maréchal de France, les ultras du Maroc, organisèrent par voie de presse une souscription pour recueillir des fonds et offrir à leur Maréchal au nom de leur deuxième patrie, un bâton serti d’argent, d’or et de diamant en signe d’allégeance et de fidélité.
C’est son fils spirituel et successeur le général Guillaume qui lui remit le bâton lors d’une réception à Paris le 14 juillet 1952 ! Les fidèles et amis du Maréchal Juin se rendirent à Paris en signe de reconnaissance, pour assister à cette cérémonie : El Glaoui, El Kettani, El Idrissi.
On reprend les mêmes et on recommence, ce sont ces personnes qui se sont vus attribué par la Résidence l’infâme rôle dans la déposition du Sultan légitime Sidi Mohammed Ben Youssef et de sa famille le 20 aout 1953.


Abdellah Naguib

Le 20 aout 1953…
C’est ce jour là que choisi le Général Guillaume, sous la houlette de son père spirituel, le Maréchal Juin (1) pour forcer le Sultan du Maroc à l’exil.

La clique de la Résidence ce composait du : Pacha de Marrakech Glaoui-Boniface, Chef de la Région Civile de Casablanca-Dr Eyraud Dr de la Vigie Marocaine-Du Pleyson-Viala-Dr Causse de Présence Française-Duschateau (Assureur) Pt des Anciens du Corps expéditionnaire en Italie-Aucouturier (Ancien pharmacien reconverti en agriculteur à Meknès) Maxence Thomas Dr de Paris-Maroc-Mattei, secrétaire de Présence Française-Camille Aymard, Dr du journal « Paris », Pierre Mas directeur de la plus grande chaine de journaux du Maroc, Pierre Ny, négociant etc.

En face de ces éléments, il y avait, heureusement pour la pérennité de la fraternité franco-marocaine des Libéraux : Pierre Clostermann, député de la Marne (résidence à Ain Diab) héros de la deuxième guerre mondiale, Jacques Reitzer, administrateur général des Eaux d’Oulmès, Henri Sartout, le commandant-directeur de « Maroc-Presse », son rédacteur Antoine Mazella, Lemaigre-Dubreuil, le docteur Delanoë, ancien médecin de la Compagnie Sucrière Marocaine etc.

Le complot avait pour but de faire aboutir des « revendications » irréalistes et inadmissibles des ultras en terre marocaine. En procèdent à l’arrestation des nationalistes (en résidence surveillée dans le sud) Mohammed Lyazidi, Mokhtar Soussi, Omar Ben Abdeljalil etc. La Résidence procéda à l’éloignement du Sultan légitime Sidi Mohammed Ben Youssef et de sa famille en Corse et ensuite à Madagascar elle installa en lieu et place du Sultan Sidi Mohammed, un illustre inconnu dont l’installation provoqua le rejet unanime des Marocains.

Parmi les hommes qui n’ont pas plié l’échine devant les menaces de la Résidence,qui tenta de les faire adhérer à sa cause:
Si Mahjoubi Ahardane, Si M’Barek Bekkaï tous deux d’anciens officiers de l’Armée Française, Benslimane le pacha de Fès, le pacha de Khouribga Mohammed Cherradi, les Caïds de : Rommani, Lahcen Ben Bouazza, des Cherarda Driss Ben Abderrahman, de la Région d’Ouezzane Abdesslam Diouri, de Moulay Driss Zerhoun El Ghali Mernissi, les oulémas de Fès, Meknès, Rabat et Casablanca etc.

Le Général Guillaume ne savait pas, qu’il allait déclencher une véritable levée de bouclier contre « sa » politique qui ne prendra fin qu’avec le retour du Roi Mohammed V et de sa famille en novembre 1955.

(1) Le Maréchal Juin avait invité le pacha Glaoui pour assister à la cérémonie de son admission à l’Académie Française, dans son discours le Maréchal n’avait pas manqué de faire l’éloge du Glaoui ! L’assistance applaudie à cette marque d’attention du Maréchal à l’égard d’un fidèle de la cause française et comploteur s’il en faut, contre son Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef.

Encore une fois, c’est un patriote français, un ami du Maroc, François Mauriac, qui va s’élever contre la mascarade organisée à l’intérieur de l’Académie Française (par les ultras) et dénoncer dans des articles de presse « ces manœuvres » indignes de l’hémicycle et de son grand pays.


Blaise-Emmanuel

Bonjour,
Votre site est superbe !
Où avez-vous trouvé toutes ces archives? Dans les archives de Bibliothèque nationale de France?

Abdellah Naguib

Bonjour,

De 1904 à 1907 l’histoire du Maroc faisait parti du domaine réservé pour d’éminentes personnalités françaises, « soutenues » par le Comité du Maroc (Paris) sous la houlette de Mr Etienne ex Ministre des Colonies.
A partir de 1912 c’est la Résidence Générale qui prend la relève pour distiller les informations propagées par une presse au service de l’ordre établi, dont faisait partie (depuis 1904) la fameuse et pernicieuse feuille de choux publiée en arabe (S.V.P) au titre évocateur d’Es-Saada (Le Bonheur)
Les marocains n’avaient pas voie au chapitres, pour commenter l’occupation de leur pays et encore moins critiquer les « dirigeants » de la Résidence. Ils n’ont été autorisés à publier leurs journaux (Al Alam et Errai El Am) qu’a partir de 1945, lesquelles publications étaient régulièrement censurées pour ne pas dire interdit lorsque la Résidence décide d’envoyer les dirigeants nationalistes en exil dans le sud du pays ou à l’étranger.

La publication de livres traitant de la période coloniale signés par des Marocains n’a vu le jour qu’a partir de 1956, date d’accès du Maroc à l’indépendance. Ces livres, insuffisamment « médiatisés » ne font pas, cela va de soi l’apologie de la période du Protectorat. Ils constituent une de mes sources d’archives préférées en attendant l’accès aux Archives de la B.N.

Une anecdote qui mérite d’être citée, pour mieux appréhender notre histoire :

Deux militants de la Ligue des Droits de l’Homme avaient donné en 1922 des conférences dans plusieurs villes du Maroc, ce qui provoqua une vive réaction de la part des « Autorités » gardiennes et respectueuses des « traditions » du pays.

Le Général Lyautey Résident Général, explique ses mobiles (par rapport à la liberté et aux Droits de l’Homme, dans une lettre adressée au Président du Conseil, Ministre des Affaires Etrangères, datée de Rabat, le 22 mai 1922 :

« Je note, en effet que si très peu d’indigènes, grâce aux précautions prises par les autorités locales, assistèrent aux réunions tenues par les délégués de la Ligue des Droits de l’Homme, ceux qui s’y trouvaient étaient pour la plupart des instituteurs algériens et tunisiens, sur les agissements desquels je suis obligé de veiller de très près, pour empêcher que les mouvements politiques qui se dessinent dans l’Afrique du Nord, aboutissent à l’Empire Chérifien.

Les indigènes du Maroc ne sauraient sans inconvénients graves, dans l’état actuel, être mêlés à une campagne politique qui ne pourrait que provoquer une perturbation dans leur mentalité et leurs mœurs, redoutable pour la stabilité que nous avons donnée à ce pays et dont le prestige du Sultan et de son Makhzen constitue la plus solide assise.

Aussi je me préoccupe de faire promulguer un dahir par lequel il sera toujours possible aux autorités locales d’interdire à tout musulman l’accès d’une réunion politique. »

N.B : En janvier 1924, le Général Lyautey opposa un refus catégorique à l’affichage de la Déclaration des Droits de l’Homme dans les écoles et les lieux publics…

J mouline

Bonjour
je me demandes pourquoi vous ne parlez jamais d'un pacha de meknes qui s'appellait Hadj Ahmed Ejjennane qui etait tres proche et ami a feu Mohamed V et qui etait resté sous residence surveillée a Casa dans sa propre maison de Ain Diab par ce qu'il ne voulait pas obeir aux directives des français contre le sultan du maroc .Est ce que vous manquez d'information ?voulez vous d'autres informations de cette periode?
Sachez que ce tres grand monsieur avait vendu beaucoup de ses biens pour aider le parti de l'istiqulal a manoeuvrer dans le but de la liberation de notre pays.Reste a votre disposition

Abdellah Naguib

La machination fomentée par les fils spirituels du Maréchal Lyautey qui sont, le Maréchal Alphonse Juin et le Général Augustin Guillaume, pour exiler en Aout 1953 le Sultan légitime feu Sidi Mohammed Ben Youssef et sa famille en Corse et à Madagascar, s’était heurté à la résistance de tous les Marocains à l’exception de la poigné de collaborateurs zélés du système colonial.

Le Pacha de Meknès, Si Haj Ahmed Jennane à l’instar des Mahjoubi Aherdane, Haj Fatmi Benslimane, M’Barek El Bekkaï, Tazi etc, refusèrent de collaborer avec les ultras de l’époque en manifestant leur loyalisme au Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef.

Les ultras avaient pour noms : Philippe Boniface, Chef de la Région Civile, Docteur Causse, Président de Présence Française, Duchateau Président des Anciens Combattants du Corps Expéditionnaire en Italie, Docteur Eyraud de la Vigie Marocaine etc.

Le plan de Casablanca édition 1997, ne fait pas état d’une artère au nom de l’ex pacha de Meknès Haj Ahmed Jennane, en revanche de nombreuses rues portent des noms d’illustres inconnus et de surcroit des militaires :
L’Adjudant Jean Chelle, le soldat Emile Brunet, le Caporal Corbi, le Capitaine Puissesseau, le Lieutenant Belle, le Square des Maréchaux etc.

bendrieb

svp ya t'il quelqu'un peu maider à trouver mon oncle,le seul de la fam à mon pére il est opholin depuis 1934 SVP il est encore vvant mais pas de famille il est parti en france rapatrier pour la gure donc depuie pas d'info son om s'appelle mohamed ben mohamed ben ali charradi sa mére fatma bent ali

Youssef Cherradi

Le Pacha de Khouribga s'appelait Haj Ahmed Cherradi et non Mohamed son fils ainé

abdou el fiaz

SVP mon pére avait un oncle est parti en france à la guerre mon pére orpholin 1938 s'appelle mohamed ben moh ben ali cherradi habite douere el kaitoune region ouezzane alors mon pere aujourd'hui il a 83ans il conait personne sauf qlq imagination des parents il s'appelle abdeslam ben abdeslam bendrieb et merci infiniment pour votre aide

el fiaz

quelque correction sur la recherche d'un homme,qui s'appelle moh ben moh ben ali cherradi,et sa mére sfia bent ali bedri pas tama cette derniére était sa soeur.1942 était à meknes 8eme régime.donc je compte sur vous pour l'aide merci d'avance

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Voyagez dans le temps...

  • ...à la rencontre du Maroc de jadis. Découvrez les paysages, événements historiques et personnages d'autrefois, à travers une vaste collection de cartes postales, gravures, photographies, affiches et monnaies anciennes.

    MarocAntan publie régulièrement de nouveaux documents, que vous êtes invités à commenter. Vous pouvez aussi nous faire partager vos souvenirs ou mettre en ligne vos propres images. En savoir+

    Cliquez pour envoyer un courriel.

    + Translation / Übersetzung

    English Deutsch

La voix du passé

Affiches anciennes

  • Quelques affiches pour retrouver l'atmosphère d'autrefois. Publicitaires, informatives ou politiques, elles sont le reflet d'une époque.

Monnaies d'antan

  • Amateurs de numismatique, accédez à un fond remarquable de monnaies anciennes du Maroc : billets de banque et pièces en or ou argent, datant du Xème au XXème siècle.

Cartes & plans

  • Consultez, compulsez des cartes du Maroc de jadis et partez en expédition sur les chemins du passé. Si vous possédez une cartographie ancienne, envoyez-nous en une copie haute résolution.

Visitez aussi...

  • Cliquez pour visiter MarocAuction.
  • Cliquez pour visiter MarocAntics.
  • Cliquez pour afficher notre sélection de liens.

Conditions

  • Creative Commons License

Références

  • ■ Référencer et se syndiquer

    Référencez MarocAntan. Abonnez-vous à MarocAntan.
  • ■ Marque-page

  • ■ Classements et top-trucs
  • ■ Visites du monde