Actualité

  • Publiez sur MarocAntan vos documents anciens (cartes, photos, affiches, monnaies...) : envoyez par e-mail des copies numériques en haute résolution et participez ainsi à la construction d'une vaste banque d'images gratuite sur le Maroc d'autrefois.

    ■ ■ ■

    Informez-vous sur la vie du site (en savoir plus).

    ■ ■ ■

    Effectuez vos recherches sur le Maroc ancien et consultez les petites annonces.

    ■ ■ ■

    Nouveau ! Découvrez RadioAntan.

Cartes postales & photographies

  • ■ ■ ■ Villes et campagnes

    Survolez la carte interactive : des info-bulles vous indiquent le nom des différentes régions du Maroc. Cliquez sur chacune d'elles pour afficher les images correspondantes. Et commencez le voyage...

    Agadir et sa région Casablanca et sa région Fès et sa région Marrakech et sa région Meknès et sa région Ouarzazate, Zagora et le Sud Oujda et l'Est Rabat et sa région Safi, Essaouira et leur région Sahara et confins sahariens Tanger, Tetouan et le Nord
  • ■ ■ ■ Nos aïeux et les vôtres

    Une galerie des principales figures du Maroc d'antan : souvent étonnantes, toujours émouvantes. Peut-être y reconnaîtrez-vous l'un de vos parents ?

  • ■ ■ ■ Grande et petite histoire

    Le récit imagé de l'histoire du Maroc aux XIXème et XXème siècles, ainsi que de sa relation passionnée avec la France.

Livres & textes

  • Améliorez votre connaissance du Maroc d'autrefois, grâce à des ouvrages anciens ou contemporains. Bibliophiles, érudits ou curieux, découvrez et proposez les titres indispensables.

Rechercher dans MarocAntan

Ils font le site

Communauté

  • Communauté de MarocAntan sur MyBloglog

« Mogador s'étire | Accueil | Siaghines à Tanger »

Commentaires

Naguib Abdellah

Hachem El Maaroufi, né à Casablanca en 1897, auteur de "3abir azzouhour" relatif à l'histoire de la ville de Casablanca, Anfa et la Chaouia à travers les siècles" fait état de la désignation du Caid Abdesslam Ben Mohamed Ben Rechid Lahrizi, à la tete d'une ambassade du Sultan Moulay Hassan 1er, auprès de l'Empereur d'Allemagne.

l'auteur,cite la réponse faite par Moulay Hassan 1er au représentant de l'Allemagne par l'intérmediaire de son Ministre des Affaires étrangères, sur l'identité de son envoyé, son rang et la date de son embarquement à Tanger pour se rendre en Allemagne:

A Haj Mohamed Ben Larbi Torrés...
Suite à la demande du représentant de l'Allemagne...

Qu'il s'ache que notre ambassadeur n'est autre que le Caid Abdesslam Ben Rechid Lahrizi, son rang parmi les serviteurs, le place parmi les Amels exceptionnels et de haut rang, auprés de notre Majesté.

Il fait partie de la lignée des hommes respectables, de père en fils, qui ont conservés des relations privilégiés avec nos ancetres et nous-memes.



mohamed ben ahmed ben fateh ben bouabid ben mohmed ben bouabid lfakri lhoussayni

je ne vois pas pourquoi on occulte la veritable histoire de la region au profit de personnes qui en sont etrangères lbacha berrechid a beneficié du concours des notables locaux notament haj momed ben bouabid qui etait un ami personnel du sultan moulay youssef et qui a nommé mohamed berrechid en tant que bacha et non caid son frere lmefaddel berrechid etait marié a aicha bent mohamed ben bouabid les veritables acteurs de la region etaient des notables qui etait sous protectorat allemend (ils commercaient avec l'allemagne ) depuis 1880 d'ou la relation avec le bacha berrechid

Règne de Moulay-Abdelaziz (1984-1908)
Il était difficile de succéder à un roi de la stature de Moulay-Hassan-I à un moment crucial de l ’ histoire du Maroc, marqué notamment par l ’ intensification de la pression politique, économique et militaire des puissances européennes. Ahmed Ben-Moussa, dit Ba-Ahmed , chambellan de Moulay-Hassan-I, avait pesé de tout son poids pour que le fils préféré de ce dernier soit proclamé sultan malgré son jeune âge (14 ans).

La beia du nouveau roi qui fut organisée à Rabat avait suscité la réaction négative d ’ une partie de la cour et du milieu des oulèmas de Fès qui ne furent pas consultés comme le voulait la tradition. Ba-Ahmed avait réussi à écarter tous les opposants dont notamment le fils aîné du roi Hassan I, Moulay-M ’ hamed. Il s ’ installe à Marrakech et arrive, grâce au soutien de la reine-mère, la belle circassienne, Lalla-Reqiya, à exercer une véritable régence jusqu ’ à sa mort en 1900. Le jeune roi, tenu pendant plusieurs années à l ’ écart, s ’ est trouvé à l ’ âge de vingt ans à la tête des affaires du pays.

Moulay-Abdelaziz était, selon le témoignage de Walter B. Harris auteur d ’ un livre intitulé Le Maroc disparu, un jeune homme “ réfléchi, intelligent, […] avide d ’ apprendre, désireux de faire des réformes ” . Cependant, l ’ élite qui composait le Makhzen était divisée en clans rivaux: les conservateurs menés par le grand vizir Feddoul Gharnit, le ministre des Affaires étrangères qui considérait que le salut du Maroc tient au développement de la collaboration avec la France, et enfin le clan dirigé par le ministre de la guerre qui était favorable à des réformes entreprises en collaboration avec l ’ Angleterre et l ’ Allemagne. Mais les trois clans étaient opposés à toute réforme susceptible de toucher à leur mode de vie, à leurs privilèges et à leur fortune. L ’ entourage du jeune roi a également cherché à le tenir à l ’ écart du pouvoir réel en le distrayant des affaires de l ’ Etat par une série d ’ amusements.

Ces derniers ont fait la fortune des “ commis-voyageurs ” qui s ’ ingéniaient à lui procurer les moyens de divertissement les plus coûteux. cela a, d ’ ailleurs, contribué en grande partie à la ruine de Moulay-Abdelaziz. Les incursions des français dans le Sahara marocain (Adrar, Tagant, Tidjikja) ont suscité une vive émotion au sein des populations sahariennes qui ont adressé des appels au sultan et se sont groupées autour de l ’ autorité maraboutique représentée par le cheikh Ma el- Aïnine , chef d ’ une zaouia à Aïn-Semara.


A la mort de Hassan I , son chambellan (hajib) Ahmed Ben-Moussa, dit Ba-Ahmed est intervenu énergiquement pour que le fils préféré du sultan, Moulay-Abdelaziz , âgé à peine de quatorze ans, soit proclamé sultan.
Compte tenu des circonstances de la mort de Hassan I sur la route entre Marrakech et Fès, Ba-Ahmed dérouta la colonne vers Rabat où fut organisée la Baia du nouveau roi. cela a suscité une opposition aussi bien au sein de la cour que dans les milieux des oulèmas de Fès. Devenu grand vizir, Ba-Ahmed s ’ installe à Marrakech, dépouille le fils aîné de Moulay-Hassan-I, M ’ hamed et ses partisans, de leurs charges et biens et les jette en prison.Il a renforcé son autorité grâce au soutien des seigneurs de l ’ Atlas et a su exercer ainsi une régence jusqu ’ à sa mort en 1900

Tertib ou la réforme fiscale azizienne 1901

Le tertib s ’ inscrit dans le cadre d ’ une réforme fiscale moderniste. Décidé par Moulay-Abdelaziz en 1901, cette réforme vise à instaurer un nouvel impôt sur les biens qui remplace l ’ ancien système basé sur la zakat, la dîme et les taxes makhzaniennes. Connu sous le nom de “ tertib ” ( = organisation), cette nouvelle réforme consistait à suivre une politique fiscale basée sur la justice et l ’ égalité, ne concédant à personne aucun privilège ni immunité des taxes locales, dont jouissaient auparavant grand nombre de personnes.

Dans le Dahir envoyé par Moulay-Abdelaziz aux gouverneurs et chefs de tribus, cette réforme visait à préserver les intérêts des sujets; améliorer leur situation et lever le mal infligé par les impôts excessifs; résoudre les différends entre gouvernés et gouvernants; abolir les privilèges de classe et soumettre chacun aux impôts y compris les gouverneurs, les notables et les dignitaires religieux; et restreindre les pouvoirs des gouverneurs quant à l ’ imposition des contributions sauf en cas d ’ un texte explicite émanant du sultan. Aussi, le “ tertib ” visait-il à assainir la société et l ’ économie marocaines qui connaissaient une crise financière grave due à l ’ aversion des sujets et à leur désintérêt pour verser leurs contributions à cause de l ’ abus de pouvoir des gouverneurs.

Ce climat de crise sociale et économique favorisait ainsi le désordre, et constituait un champ favorable à l ’ intervention étrangère dans les affaires du pays. Le “ tertib ” a été déclaré dans une conjoncture intérieure particulière, et à un moment où les pressions françaises sur les frontières Est du pays se faisaient de plus en plus sentir. Il était donc indispensable de trouver les moyens financiers adéquats qui feraient face aux pressions étrangères. Si le projet de réforme fiscale émanait d ’ une nécessité locale concernant les Marocains, il n ’ avait pas échappé aux influences étrangères, notamment françaises et anglaises.

Concernant l ’ application du tertib, des commissions spéciales constituées chacune de deux adouls, d ’ un amin et d ’ un représentant du caïd de la tribu, avaient pour mission de recenser les biens meubles et immeubles de chaque propriétaire et d ’ estimer sa contribution; et toute personne n ’ ayant pas déclaré ses biens en sera dépossédés. Si les masses avaient manifesté une attitude favorable au tertib azizien, perçu comme un système équitable et juste, ce n ’ était pas le cas pour l ’ élite (caïds, chef des zaouias, etc.) qui avait combattu cette réforme et l ’ ont fait échoué.

Le soulèvement de la Chaouia (1907-1908)

Les forces d ’ occupation qui ont débarqué à Casablanca ont très vite atteint 30.000 hommes. Elles furent équipées de fusils Lebel de fabrication récente et du canon de 75. La résistance des tribus de la Chaouia fut héroïque malgré la nature vétuste de leurs armes qui furent au mieux des mousquets datant de 1800.

Durant les quatre derniers mois de l ’ année 1907, le corps expéditionnaire, sous le commandement du général Drude, n ’ a pas pu progresser que d ’ une dizaine de kilomètres. Grâce au soutien des contingents du caïd Bouchta Ben-Baghdadi , l ’ armée française a atteint le 2 janvier 1908 la kasbah de Médiouna. Mais les pertes que lui infligèrent les tribus de la Chaouia dirigées par Ouled Moulay-Rachid et le charismatique fqih Bouazzaoui furent très lourdes. Le 5 janvier 1908, le général d ’ Amade succède au général Drude.

Il fait appel à l ’ artillerie mobile de la marine et pu ainsi occuper successivement Berrechid, Settat et Azemmour en juin 1908. La région de la Chaouia ne fut donc soumise que vers la fin de l ’ année 1908 avec l ’ appui des troupes noires recrutées au Sénégal et transportées au Maroc par les navires de Nicholas Parquel.

simo

il sagit là d'une partie de l'hisoire des ouled hariz , grnde tribue de la chaouiya , qui s'étend de bouskoura à l'entrée de settat et depuis sahel (route d'el jadida) jusqu'à bir el jedid, pour ce qui est de caid abdeslam berrechid je crois qu'il y a un surnom pour un certain caid de berrechid c'est benmchiche ou chemiche , d'apres nos parents c'était un grnd caid et un grand notable , ce qui est n'est pas mentioné dans l'histoire de la région de berrechid , c'est un notable nommé douido je crois que son vrai nom c'est haj omar douido , c'était un proche du protectorat , alors si quelqun connait son histoire ait la gentillesse de la siter à travers ce site et merci

si mohamed berrechid

assalam alykoum je suis l'arriere petit fils du caid de mohamed berrechid j'étais ému de voir cette photo de mon aieul mille mercis à si tahar si jamais vous auriez d'autres photos je vous remercie d'avance de les publier merci je m'appelle si mohamed berrechid et j'habite en suisse.

qui qu'en grogne

bonjour,

Belle page d'histoire autour des caïds de Berrechid.
C'est le genre de blog qui donne envie de voir plus loin que sa culture d'origine, merci pour cet article.

cordialement.

khaled yassine

slt , je suis de ouled hriz ,j'aime foremment que quelqu'un me parle de l'histoir de sidi mohammed ben bouabid, avec tous mes remerciement.

Amane de Bir Ettour

bonjour,

Je permet d'ecrire ce message car mon grand pére,El Haj Mohamed Amane,fils de El Haj Mohamed Ben Bouabid El Fakri ne porte pas comme vous le voyez le nom de son pére (bouabid).Certain de ses fréres et soeurs ont également changaient de nom et ce sont appelaient Moumen, Khaled à ma conaissance.
Pourriez vous me dire pourquoi ces changement de nom et pourquoi ne pas avoir gardait Bouabid comme nom?
En espérant que quelqu'un puisse me répondre.

Merci d'avance
Cordialement

M'hamed lahrizi

salut à tous les hrizis dans le royaume ou ailleurs.je suis hrizi natif du douar zouatna,fraction ouled rahal ,tribu bien sûr od hriz ,commune Jackma.J'ai bien lu tous les commentaires écris,mais je ne suis pas satisfaitt.il manque le plus important.C'est la racine(العرق)d'où viennent nos ancêtres(ما هي شجرتهم-,]D'aprés ce que j'ai apris,les hrizis sont des descendants d'un personne dénommé "hriz el filali"والله اعلم
واسمحوا لي علي هده المشاركة المتواصعة والسلام


Abdellah Naguib


Dans la Collection Villes et Tribus du Maroc, dont l'essentiel est extrait d'Al Isiskaa de Si Naçiri, le résumé des invistigations auprès des populations et notemment les chefs de tribus etc. donne ce qui suit:

Les origines des Oulad Hariz sont des plus diverses.
Un des groupements de la tribu, les Oulad Jaber, semble faire partie du groupe arabe des Jochem. Ibn Khaldoun mentionne en effet trois branches dans cette tribu:
les Khlot, les Sofyan et les Beni Jaber.
Les Jochem furent transportés au Maroc par Yaacoub El Mansour, qui les établit dans le Tamesna (l'actuelle Chaouia).
Il est probable que les Riah, des Ouled Hariz, doivent leur origine à une des autres peuplades arabes amenées par le même sultan dans les plaines subatlantiques du Maghreb.

On retrouve d'aute part, chez les Oulad Haruz, des descendants des anciens habitants de la Tamesna.

khaled yassine

pour amane de bir tour .ben le blème ne réside pas ds le changement de nom moumen ou khaled.
Mais le plus important c'est ce que tes anciens grand pere on fait pour aboutir à une fision de la famille de mohammed ben bouabid
c'est simple de connaitre l'histoire ta qu'a demandé a ton pere..........héhé

AMANE  de Bir Tor

Pour Khaled Yassine,
Premièrement,si je pose la question c'est que je n'ai pas la réponse.
Deuxièmement,vous avez tout à fait raison en soulignant que le plus important est de savoir quelle est la cause du changement de nom.
C'est exactement la question que je pose dans mon message du 26/08/09
(soit vous avez mal lu soit vous avez du mal à comprendre les choses!!!!).
Enfin troisièmement,cette partie de ma famille est maternelle donc demander à mon père ne sert à rien....

PS: au lieu de vouloir écrire en argot français essayez déjà d'écrire en français classique car le terme "fision" je ne connais pas...
Peut être vouliez vous parler le scission?????

A bon entendeur

AMANE  de Bir Tor

pour Khaled yassine
nos derniers messages ne figurent plus...
Comme quoi je ne suis pas le seul à trouver cette discussion inutile!!!

AMANE  de Bir Tor

pour Klaled yassine,

je viens de comprendre vos allusions à mon père et au fait que vous m'aviez appelé "cousine".
Mais je crois que vous me confondais avec l'enfant d'une personne se dénommant Najib?
Si vous avez un mail j'aimerai vous parler en privé si cela et possible.

bien à vous

khaled yassine

le voici..
[email protected]


ds l'attente...

Khalid Feddoul

Merci pour ce blog.
Khalid Feddoul

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Voyagez dans le temps...

  • ...à la rencontre du Maroc de jadis. Découvrez les paysages, événements historiques et personnages d'autrefois, à travers une vaste collection de cartes postales, gravures, photographies, affiches et monnaies anciennes.

    MarocAntan publie régulièrement de nouveaux documents, que vous êtes invités à commenter. Vous pouvez aussi nous faire partager vos souvenirs ou mettre en ligne vos propres images. En savoir+

    Cliquez pour envoyer un courriel.

    + Translation / Übersetzung

    English Deutsch

La voix du passé

Affiches anciennes

  • Quelques affiches pour retrouver l'atmosphère d'autrefois. Publicitaires, informatives ou politiques, elles sont le reflet d'une époque.

Monnaies d'antan

  • Amateurs de numismatique, accédez à un fond remarquable de monnaies anciennes du Maroc : billets de banque et pièces en or ou argent, datant du Xème au XXème siècle.

Cartes & plans

  • Consultez, compulsez des cartes du Maroc de jadis et partez en expédition sur les chemins du passé. Si vous possédez une cartographie ancienne, envoyez-nous en une copie haute résolution.

Visitez aussi...

  • Cliquez pour visiter MarocAuction.
  • Cliquez pour visiter MarocAntics.
  • Cliquez pour afficher notre sélection de liens.

Conditions

  • Creative Commons License

Références

  • ■ Référencer et se syndiquer

    Référencez MarocAntan. Abonnez-vous à MarocAntan.
  • ■ Marque-page

  • ■ Classements et top-trucs
  • ■ Visites du monde