Actualité

  • Publiez sur MarocAntan vos documents anciens (cartes, photos, affiches, monnaies...) : envoyez par e-mail des copies numériques en haute résolution et participez ainsi à la construction d'une vaste banque d'images gratuite sur le Maroc d'autrefois.

    ■ ■ ■

    Informez-vous sur la vie du site (en savoir plus).

    ■ ■ ■

    Effectuez vos recherches sur le Maroc ancien et consultez les petites annonces.

    ■ ■ ■

    Nouveau ! Découvrez RadioAntan.

Cartes postales & photographies

  • ■ ■ ■ Villes et campagnes

    Survolez la carte interactive : des info-bulles vous indiquent le nom des différentes régions du Maroc. Cliquez sur chacune d'elles pour afficher les images correspondantes. Et commencez le voyage...

    Agadir et sa région Casablanca et sa région Fès et sa région Marrakech et sa région Meknès et sa région Ouarzazate, Zagora et le Sud Oujda et l'Est Rabat et sa région Safi, Essaouira et leur région Sahara et confins sahariens Tanger, Tetouan et le Nord
  • ■ ■ ■ Nos aïeux et les vôtres

    Une galerie des principales figures du Maroc d'antan : souvent étonnantes, toujours émouvantes. Peut-être y reconnaîtrez-vous l'un de vos parents ?

  • ■ ■ ■ Grande et petite histoire

    Le récit imagé de l'histoire du Maroc aux XIXème et XXème siècles, ainsi que de sa relation passionnée avec la France.

Livres & textes

  • Améliorez votre connaissance du Maroc d'autrefois, grâce à des ouvrages anciens ou contemporains. Bibliophiles, érudits ou curieux, découvrez et proposez les titres indispensables.

Rechercher dans MarocAntan

Ils font le site

Communauté

  • Communauté de MarocAntan sur MyBloglog

« L'Ounila de Majorelle | Accueil | Belle cheikha »

Commentaires

Simon

L'Histoire a surtout retenu de la résistance à l'occupation militaire (1907) puis à la pacification militaire du MAROC (1911) la "guerre du RIF", Abdelkrim el KHATTABI, sa victoire sur les espagnols à ANOUAL en 1921, la proclamation de la république rifaine en 1922 puis sa défaite militaire à partir de l'automne 1925 et sa reddition en mai 1926.
Ce raccourci historique mérite, à mon sens, d'être étoffé d'abord parce que la résistance de quelques tribus semble avoir débuté dès 1907 et que les combats n'ont semble t'il cessé qu'en 1934 (Beni Boughaffer) ; ensuite ces combats ont eu la particularisté d'être souvent fraticides, opposant d'un côté des "rebelles" marocains à d'autres marocains (dont des berbères) incorporés dans l'armée coloniale française (tirailleurs marocains et les supplétifs des Goums).
En 1911 l'attaque de FES par des tribus AMAZIGHS scelle l'alliance entre le sultanat de Moulay HAFID et les forces d'occupation. Dès lors, les troupes colonisatrices se transforment en troupes pacificatrices (diplomatiquement c'est plus confortable !). Les colonnes militaires se déploient alors avec notamment le 1er régiment d'artillerie de montagne en direction de EL KSIBA, KHENIFRA, SEFROU, FES et TAZA.
La résistance des ZAYANI, MOUHA, AIT ATTAS, AIT OUIRRA, SAID est farouche et il faut plus d'un an aux régiments engagés pour faire tomber (provisoirement !) MEDIOUNA(27/09/1913) OUED ZEM (14/11/1913), EL KSIBA (8/04/1914) KHENIFRA (13/06/1914) et EL HERRI ( 13/11/1914). A titre indicatif, la colonisation effective de cette zone, en particulier EL KSIBA ne pourra se faire qu'en 1927

Simon

Nous sommes en 1920. Bien avant la guerre d'Indochine et la guerre d'Algérie, celle du Rif est bien la première guerre anticoloniale du XXe siècle. En France, elle donne lieu aux premières manifestations de solidarité avec les peuples sous domination coloniale, organisées par le Parti communiste, et dont l'Humanité en ces années 1925-1926, se fait l'écho. Le Rif, étroite bande côtière située du nord du Maroc méditerranéen, est, depuis 1912, sous domination espagnole, le reste du pays sous protectorat français. Abdelkarim El Khattabi, né en 1882, à Ajdir dans la tribu berbère des Beni-Ouariaghi, après des études à l'université d'El Karaouine à Fès, s'installe à Melillia où il est successivement cadi (juge musulman), instituteur, interprète (arabe, français et espagnol) et correspondant du Télégraphe du Rif, quand il se lance en politique. Il dénonce l'oppression coloniale et se met à rêver à l'indépendance du Maroc. Abdelkrim parcourt le Rif et sensibilise les populations : " Nous devons, disait-il, sauver notre prestige et éviter l'esclavage à notre pays. " Homme de culture et d'ouverture, celui qui qualifie l'Occident de " civilisation du fer " par opposition au Maroc rural et sous-développé, est tout sauf un fanatique. Il a un projet politique : faire du Rif une république moderne, développer l'économie et l'éducation, et la faire reconnaître par la Société des nations (SDN). Il pense faire accéder le Rif à l'indépendance en bonne entente avec les Espagnols. Mais ces derniers refusent. La guerre devient inévitable quand les tribus berbères du Rif refusent l'autorité espagnole et demande à l'Espagne de quitter le Maroc. En 1920, les Espagnols envoient une armée de 100 000 hommes commandée par le général Sylvestre. Le 20 juillet 1921, l'armée espagnole subit un véritable désastre : 3 500 soldats tués, plus de 5 000 sont faits prisonniers, toute l'artillerie lourde espagnole et un véritable arsenal (fusils et munitions) tombent entre les mains des Rifains. Sylvestre se suicide. De victoire en victoire, Abdelkrim repousse les Espagnols sur les côtes. En 1922, il proclame la République du Rif. " Le Parti communiste français unanime félicite Abdelkrim pour ses succès ", titre l'Humanité du 11 septembre 1924. La France, inquiète, prend des mesures, vole au secours de l'Espagne, dépêche une troupe de 400 000 hommes commandée par le maréchal Pétain. Abdelkrim, qui a lancé son armée de 75 000 hommes contre le Maroc français, est stoppé. Le rapport des forces est inégal. Abdelkrim fait face à 32 divisions franco-espagnoles. Pétain mène une guerre totale : les villages rifains sont rasés par l'aviation et l'artillerie, l'armée française ne fait pas de prisonniers. C'est le début de la fin. En France, malgré la campagne, à contre-courant, menée par le PCF pour arrêter " immédiatement l'effusion de sang au Maroc ", relayée quotidiennement par l'Humanité qui, en outre, publie des lettres de soldats, puis l'appel - le premier du genre à l'époque - lancé par Henri Barbusse et signé par une centaine d'intellectuels dont André Breton, dans son édition du 2 juillet 1925, la guerre se poursuit. Abdelkrim est vaincu en 1926. La République du Rif aura vécu. Celui dont les méthodes de guérilla ont inspiré Mao Tsé-Toung et Hô Chi Minh, est fait prisonnier et sera déporté à l'île de la Réunion. Mais la guerre du Rif a un tel retentissement que le nom d'Abdelkrim est devenu le symbole de la décolonisation. Quand il s'évade en 1947, il s'installe au Caire où il est l'un des fondateurs du Comité de libération du Maghreb. Abdelkrim exilé - il ne retournera plus au Maroc -, le Rif est secoué par des révoltes en 1958-1959 qui seront écrasées par les toutes nouvelles Forces armées royales (FAR) commandées par le général Oufkir. La répression sera sanglante : 8 000 morts. Sur le tard, avant son décès en 1963, il dira de cette période (1920-1925), avec quelque amertume : " Je suis venu trop tôt. "

Abdelkrim Elkhatabi


Symbole de l'indépendance marocaine et de la lutte anticoloniale, Abdelkrim El-khatabi a lutté jusqu'à la fin de sa vie pour la libération de l'Afrique du Nord et pour la création d'un Etat libre et moderne. Combattant souvent victorieux, diplomate habile, propagandiste avisé, tant par ses méthodes que par son exemple, il a été un des pionniers de la décolonisation et un modèle à suivre quand il s'agit de lutter contre une force supérieure en arme et en nombre. Mohamed ben Abdelkrim naquit vers 1882 chez les Aït Khattab, fraction d'une des tribus les plus puissantes, les plus belliqueuses du Rif central,(où sa famille possédait une forte influence), les Beni Ouriaghel,. Après de solides études traditionnelles à Ajdir (province d' Al Hoceima), Tétouan et à l'université Karaouiyine de Fès, Abdelkrim s'installe dans la ville de Melilla où il est, en 1906, rédacteur du journal Telegrama del Rif. Il devient Secrétaire du Bureau des affaires indigènes en 1907, puis cadi chef en 1914, sa collaboration avec les autorités espagnoles et ses différentes fonctions le familiarisent avec les méthodes administratives. Ses contacts avec des milieux divers lui permettent de compléter, par une riche information moderne, sa formation de lettré arabe. Les espagnols ne savent pas qu'ils sont en train de former celui qui leur donnera du fil à retordre par la suite. En 1919, Abdelkrim quitte l'administration espagnole et se fixe à Ajdir, sa ville natale, où il commence, à partir de 1920, à soulever les Beni Ouriaghel contre l'Espagne. L'intervention du général Sylvestre est suivie par une politique de répression sévère, ce qui favorise la multiplication des ralliements des rifains à celui qui est devenu leur chef. Aidé de son frère M'hamed, son conseiller politique, Abdelkrim remporte d'importants succès; le plus important fût la bataille d'Anoual .C'est le 22 juin 1921, après des jours et des jours passés à tester l'armée espagnol par des actes de sabotages que Abdelkrim décide d'attaquer à Anoual. La victoire est écrasante: environ 20000 soldats espagnols y trouvent la mort et plusieurs milliers sont fait prisonniers, dont un général. En plus de cela, les rifains mettent la main sur des armes, des chars et des voitures; assez pour entretenir une armée pendant un an. Cela a aussi une conséquence très importante puisque cette fulgurante victoire enflamme le Rif.

Simon

(Suite)
Il renforce dès lors son pouvoir. Il crée un État, avec un «makhzen» (gouvernement central) qui présente un mélange de traits traditionnels et modernes: "La République du Rif". Abdelkrim voit de plus en plus grand et de plus en plus loin. Après n'avoir envisagé que l'indépendance de sa propre tribu des Beni Ouriaghel, il élargit son champ d'action à tout le Rif qu'il proclame donc, république. Le choix de ce terme est judicieux puisqu'il doit attirer la sympathie occidentale et répondre aux traditions démocratiques berbères. En juillet 1923, il adresse au Parlement français un appel en faveur de la «renaissance nationale» du Rif. Il noue des relations avec un comité britannique, attiré par la richesse minière du Nord marocain et rapidement sa renommée devient internationale. il cherche aussi l'appui du Kominterm (parti rassemblant les communistes du monde entier) ainsi que celui du Parti communiste français. De plus, il trouve des aides dans le monde islamique profondément remué par la renaissance arabe. La proclamation d'une république indépendante du Rif, à l'intérieur des frontières nationales de l'empire chérifien, remet en cause l'autorité du sultan et représente une menace sur la zone du protectorat français, bien que le Rif se trouve en zone de protectorat espagnol. Cela débouche sur d'inévitables accrochages avec l'armée française. En 1924, les espagnol se replient sur la côte, et en 1925, il fait prisonnier son rival Raïssouli. Abdelkrim prend donc les devants. Il lance au printemps de 1925, avec ses moujahidins rifains, de violentes attaques qui sont difficilement contenues. Il annonce la prise de Fès pour le mois de mai. Bloqué au sud, il envahit l'Est et l'Ouest où le ralliement des Jebala le conduit au seuil du Gharb. Il double ses hauts faits d'une vaste action auprès de l'opinion publique française et internationale. Ainsi il demande la reconnaissance des gouvernements du monde entier. Après l'annonce de la prise prochaine de la ville de Fès, le gouvernement français décide de riposter. Il conclut un accord avec l'Espagne afin de lancer une action commune d'envergure. Ces deux pays envoient des renforts considérables et unifient le commandement militaire sous l'autorité du maréchal Pétain. En mars 1926, des pourparlers de paix commencent à Oujda mais échouent très rapidement. Une offensive générale franco-espagnole est lancée avec un demi million d'hommes, un armement considérable et l'appui de 44 escadrilles d'avions de combat. La conséquence ne se fait pas attendre: les troupes de l'émir sont en déroute et le 27 mai 1926, Abdelkrim se rend. Le 27 août1926, Mohamed Ibn Abdelkrim quitte Fès: il est exilé dans l'île de la Réunion. Dans cette colonie française, l'atmosphère de la civilisation villageoise du Rif est recréée et Abdelkrim vit au milieu de nombreux enfants, les siens mais aussi ceux de son frère et de son oncle. A plusieurs reprises, en 1932 et en 1936, il est question de son transfert en France. Il ne l'obtient qu'en mai 1947. Le 31 mai 1947, au cours de l'escale en Égypte, il s'échappe du navire qui le transporte et trouve asile au Caire. Avec les leaders nationalistes marocains Abd el-Khaleq Torres et Allal el-Fassi, et le chef du Néo-destour tunisien Bourguiba, il fonde, au Caire, le 9 décembre 1947, un Comité de libération du Maghreb arabe dont il est président à vie. Le 5 janvier 1948, l'émir lance un manifeste, contresigné par les représentants des principaux partis nord-africains, engageant la lutte pour l'indépendance de l'Afrique du Nord. Mais le temps passant, Abdelkrim, vieillit et est hostile à la monarchie marocaine. Il ne peut maintenir autour de lui l'union des chefs nationalistes maghrébins. Au cours de la crise marocaine de 1953, il refuse de choisir entre les partisans du sultan déchu, Moulay Youssef, et ceux de Moulay Arafa. Il garde, les années suivantes, une intransigeance absolue. Le 4 mai 1956, il affirme encore: «Nous n'acceptons pas de solution de compromis en Algérie, au Maroc ou en Tunisie. Nous voulons l'indépendance totale.» Il refuse de revenir au Maroc «avant que le dernier militaire étranger ait quitté le sol maghrébin» et dénonce avec violence la «trahison» des accords d'Evian. C'est au Caire qu'il meurt en février 1963, à l'âge de quatre-vingt-un ans. Le roi Hassan ll fit rapatrier son corps au Maroc. Quels sont les rôles historique d'Abdelkrim et son exacte personnalité? La propagande des autorités du protectorat s'attachait à le dépeindre comme un de ces nombreux rougis (prétendants) surgis au Maroc, à l'image de Bou Hamara, qui, dans ce même Rif, quelques années auparavant, s'était dressé contre le makhzen. S'il ne fut pas le simple rebelle fanatique et ignorant, xénophobe et ne représentant que des aspirations tribales parées d'oripeaux démocratiques, fut-il, comme l'affirmaient ses partisans, le Mustapha Kemal du Maghreb qui aurait pu faire d'Ajdir l'Ankara de l'Ouest? Pour P. Montagne, il «représente authentiquement le vieux Maroc des tribus», et «les résistances acharnées qu'oppose l'Islam traditionnel à l'influence de l'Occident». Il est avant tout un homme du passé, un «primitif» de la révolte. D'autres, tel Pessah Shinar, sont sensibles à son modernisme, à ce qu'il apporte «de neuf dans les annales politico-religieuses du Maghreb: la première manifestation d'un nationalisme arabo-berbère militant et d'un modernisme islamique dans un environnement purement berbère». Au Maroc, le soulèvement d'Abdelkrim eut une influence considérable. Il mit un terme au «lyautéisme» et, malgré les craintes et les réticences d'une large partie de la bourgeoisie, donna aux Marocains un héros national. Le retentissement de son action s'étendit du Maroc à la Tunisie et atteignit l'Orient, traversé par la crise de l'après-guerre, ébranlé par la chute du califat et la montée du nationalisme. La guerre du Rif servira de modèle aux mouvements d'indépendance d'autres pays colonisés. Hô Chi Minh, glorifiant en Abdelkrim le «précurseur», reconnaît tout ce que les révoltes armées doivent à ce modèle de résistance: action étendue et simultanée (guérilla) pour empêcher la concentration ennemie, mise en condition de la population, recours aux initiatives diplomatiques diverses, appel à l'opinion publique, formation de comités de soutien... Dans les années 1980, le rôle d'Abdelkrim dans les origines de la guerre du Rif fut remis en cause. Il aurait plus suivi le mouvement qu'il ne l'aurait créé ou animé. Son attitude aurait été de «compromis, voire de complicité avec l'envahisseur» (Ayache). Ces jugements relancèrent le débat sur l'action du chef rifain. Il opposa les défenseurs de l'image d'un héros, dès l'enfance promis à son destin de résistant, «constamment inflexible dans ses convictions et son anti-impérialisme» (Ameziane) aux tenants d'un personnage plus complexe, d'abord «loyal serviteur de la cause espagnole», puis s'engageant tour à tour dans des «options différentes, sinon franchement contraires», pour finalement, habilement, capter à son profit un courant qui «était créé et existait sans lui» (Ayache). Le recul manque encore, et la sérénité des passions apaisées, pour que l'histoire porte un avis impartial sur un homme qui, quoi qu'on puisse penser de sa personnalité, réalité et mythe, marqua l'histoire de son époque: Abdelkrim, sans conteste un des promoteurs du nationalisme maghrébin, a été également l'un des théoriciens de la lutte armée pour la libération.

Simon

(Suite)
Il renforce dès lors son pouvoir. Il crée un État, avec un «makhzen» (gouvernement central) qui présente un mélange de traits traditionnels et modernes: "La République du Rif". Abdelkrim voit de plus en plus grand et de plus en plus loin. Après n'avoir envisagé que l'indépendance de sa propre tribu des Beni Ouriaghel, il élargit son champ d'action à tout le Rif qu'il proclame donc, république. Le choix de ce terme est judicieux puisqu'il doit attirer la sympathie occidentale et répondre aux traditions démocratiques berbères. En juillet 1923, il adresse au Parlement français un appel en faveur de la «renaissance nationale» du Rif. Il noue des relations avec un comité britannique, attiré par la richesse minière du Nord marocain et rapidement sa renommée devient internationale. il cherche aussi l'appui du Kominterm (parti rassemblant les communistes du monde entier) ainsi que celui du Parti communiste français. De plus, il trouve des aides dans le monde islamique profondément remué par la renaissance arabe. La proclamation d'une république indépendante du Rif, à l'intérieur des frontières nationales de l'empire chérifien, remet en cause l'autorité du sultan et représente une menace sur la zone du protectorat français, bien que le Rif se trouve en zone de protectorat espagnol. Cela débouche sur d'inévitables accrochages avec l'armée française. En 1924, les espagnol se replient sur la côte, et en 1925, il fait prisonnier son rival Raïssouli. Abdelkrim prend donc les devants. Il lance au printemps de 1925, avec ses moujahidins rifains, de violentes attaques qui sont difficilement contenues. Il annonce la prise de Fès pour le mois de mai. Bloqué au sud, il envahit l'Est et l'Ouest où le ralliement des Jebala le conduit au seuil du Gharb. Il double ses hauts faits d'une vaste action auprès de l'opinion publique française et internationale. Ainsi il demande la reconnaissance des gouvernements du monde entier. Après l'annonce de la prise prochaine de la ville de Fès, le gouvernement français décide de riposter. Il conclut un accord avec l'Espagne afin de lancer une action commune d'envergure. Ces deux pays envoient des renforts considérables et unifient le commandement militaire sous l'autorité du maréchal Pétain. En mars 1926, des pourparlers de paix commencent à Oujda mais échouent très rapidement. Une offensive générale franco-espagnole est lancée avec un demi million d'hommes, un armement considérable et l'appui de 44 escadrilles d'avions de combat. La conséquence ne se fait pas attendre: les troupes de l'émir sont en déroute et le 27 mai 1926, Abdelkrim se rend. Le 27 août1926, Mohamed Ibn Abdelkrim quitte Fès: il est exilé dans l'île de la Réunion. Dans cette colonie française, l'atmosphère de la civilisation villageoise du Rif est recréée et Abdelkrim vit au milieu de nombreux enfants, les siens mais aussi ceux de son frère et de son oncle. A plusieurs reprises, en 1932 et en 1936, il est question de son transfert en France. Il ne l'obtient qu'en mai 1947. Le 31 mai 1947, au cours de l'escale en Égypte, il s'échappe du navire qui le transporte et trouve asile au Caire. Avec les leaders nationalistes marocains Abd el-Khaleq Torres et Allal el-Fassi, et le chef du Néo-destour tunisien Bourguiba, il fonde, au Caire, le 9 décembre 1947, un Comité de libération du Maghreb arabe dont il est président à vie. Le 5 janvier 1948, l'émir lance un manifeste, contresigné par les représentants des principaux partis nord-africains, engageant la lutte pour l'indépendance de l'Afrique du Nord. Mais le temps passant, Abdelkrim, vieillit et est hostile à la monarchie marocaine. Il ne peut maintenir autour de lui l'union des chefs nationalistes maghrébins. Au cours de la crise marocaine de 1953, il refuse de choisir entre les partisans du sultan déchu, Moulay Youssef, et ceux de Moulay Arafa. Il garde, les années suivantes, une intransigeance absolue. Le 4 mai 1956, il affirme encore: «Nous n'acceptons pas de solution de compromis en Algérie, au Maroc ou en Tunisie. Nous voulons l'indépendance totale.» Il refuse de revenir au Maroc «avant que le dernier militaire étranger ait quitté le sol maghrébin» et dénonce avec violence la «trahison» des accords d'Evian. C'est au Caire qu'il meurt en février 1963, à l'âge de quatre-vingt-un ans. Le roi Hassan ll fit rapatrier son corps au Maroc. Quels sont les rôles historique d'Abdelkrim et son exacte personnalité? La propagande des autorités du protectorat s'attachait à le dépeindre comme un de ces nombreux rougis (prétendants) surgis au Maroc, à l'image de Bou Hamara, qui, dans ce même Rif, quelques années auparavant, s'était dressé contre le makhzen. S'il ne fut pas le simple rebelle fanatique et ignorant, xénophobe et ne représentant que des aspirations tribales parées d'oripeaux démocratiques, fut-il, comme l'affirmaient ses partisans, le Mustapha Kemal du Maghreb qui aurait pu faire d'Ajdir l'Ankara de l'Ouest? Pour P. Montagne, il «représente authentiquement le vieux Maroc des tribus», et «les résistances acharnées qu'oppose l'Islam traditionnel à l'influence de l'Occident». Il est avant tout un homme du passé, un «primitif» de la révolte. D'autres, tel Pessah Shinar, sont sensibles à son modernisme, à ce qu'il apporte «de neuf dans les annales politico-religieuses du Maghreb: la première manifestation d'un nationalisme arabo-berbère militant et d'un modernisme islamique dans un environnement purement berbère». Au Maroc, le soulèvement d'Abdelkrim eut une influence considérable. Il mit un terme au «lyautéisme» et, malgré les craintes et les réticences d'une large partie de la bourgeoisie, donna aux Marocains un héros national. Le retentissement de son action s'étendit du Maroc à la Tunisie et atteignit l'Orient, traversé par la crise de l'après-guerre, ébranlé par la chute du califat et la montée du nationalisme. La guerre du Rif servira de modèle aux mouvements d'indépendance d'autres pays colonisés. Hô Chi Minh, glorifiant en Abdelkrim le «précurseur», reconnaît tout ce que les révoltes armées doivent à ce modèle de résistance: action étendue et simultanée (guérilla) pour empêcher la concentration ennemie, mise en condition de la population, recours aux initiatives diplomatiques diverses, appel à l'opinion publique, formation de comités de soutien... Dans les années 1980, le rôle d'Abdelkrim dans les origines de la guerre du Rif fut remis en cause. Il aurait plus suivi le mouvement qu'il ne l'aurait créé ou animé. Son attitude aurait été de «compromis, voire de complicité avec l'envahisseur» (Ayache). Ces jugements relancèrent le débat sur l'action du chef rifain. Il opposa les défenseurs de l'image d'un héros, dès l'enfance promis à son destin de résistant, «constamment inflexible dans ses convictions et son anti-impérialisme» (Ameziane) aux tenants d'un personnage plus complexe, d'abord «loyal serviteur de la cause espagnole», puis s'engageant tour à tour dans des «options différentes, sinon franchement contraires», pour finalement, habilement, capter à son profit un courant qui «était créé et existait sans lui» (Ayache). Le recul manque encore, et la sérénité des passions apaisées, pour que l'histoire porte un avis impartial sur un homme qui, quoi qu'on puisse penser de sa personnalité, réalité et mythe, marqua l'histoire de son époque: Abdelkrim, sans conteste un des promoteurs du nationalisme maghrébin, a été également l'un des théoriciens de la lutte armée pour la libération.

Simon

(Suite)
Il renforce dès lors son pouvoir. Il crée un État, avec un «makhzen» (gouvernement central) qui présente un mélange de traits traditionnels et modernes: "La République du Rif". Abdelkrim voit de plus en plus grand et de plus en plus loin. Après n'avoir envisagé que l'indépendance de sa propre tribu des Beni Ouriaghel, il élargit son champ d'action à tout le Rif qu'il proclame donc, république. Le choix de ce terme est judicieux puisqu'il doit attirer la sympathie occidentale et répondre aux traditions démocratiques berbères. En juillet 1923, il adresse au Parlement français un appel en faveur de la «renaissance nationale» du Rif. Il noue des relations avec un comité britannique, attiré par la richesse minière du Nord marocain et rapidement sa renommée devient internationale. il cherche aussi l'appui du Kominterm (parti rassemblant les communistes du monde entier) ainsi que celui du Parti communiste français. De plus, il trouve des aides dans le monde islamique profondément remué par la renaissance arabe. La proclamation d'une république indépendante du Rif, à l'intérieur des frontières nationales de l'empire chérifien, remet en cause l'autorité du sultan et représente une menace sur la zone du protectorat français, bien que le Rif se trouve en zone de protectorat espagnol. Cela débouche sur d'inévitables accrochages avec l'armée française. En 1924, les espagnol se replient sur la côte, et en 1925, il fait prisonnier son rival Raïssouli. Abdelkrim prend donc les devants. Il lance au printemps de 1925, avec ses moujahidins rifains, de violentes attaques qui sont difficilement contenues. Il annonce la prise de Fès pour le mois de mai. Bloqué au sud, il envahit l'Est et l'Ouest où le ralliement des Jebala le conduit au seuil du Gharb. Il double ses hauts faits d'une vaste action auprès de l'opinion publique française et internationale. Ainsi il demande la reconnaissance des gouvernements du monde entier. Après l'annonce de la prise prochaine de la ville de Fès, le gouvernement français décide de riposter. Il conclut un accord avec l'Espagne afin de lancer une action commune d'envergure. Ces deux pays envoient des renforts considérables et unifient le commandement militaire sous l'autorité du maréchal Pétain. En mars 1926, des pourparlers de paix commencent à Oujda mais échouent très rapidement. Une offensive générale franco-espagnole est lancée avec un demi million d'hommes, un armement considérable et l'appui de 44 escadrilles d'avions de combat. La conséquence ne se fait pas attendre: les troupes de l'émir sont en déroute et le 27 mai 1926, Abdelkrim se rend. Le 27 août1926, Mohamed Ibn Abdelkrim quitte Fès: il est exilé dans l'île de la Réunion. Dans cette colonie française, l'atmosphère de la civilisation villageoise du Rif est recréée et Abdelkrim vit au milieu de nombreux enfants, les siens mais aussi ceux de son frère et de son oncle. A plusieurs reprises, en 1932 et en 1936, il est question de son transfert en France. Il ne l'obtient qu'en mai 1947. Le 31 mai 1947, au cours de l'escale en Égypte, il s'échappe du navire qui le transporte et trouve asile au Caire. Avec les leaders nationalistes marocains Abd el-Khaleq Torres et Allal el-Fassi, et le chef du Néo-destour tunisien Bourguiba, il fonde, au Caire, le 9 décembre 1947, un Comité de libération du Maghreb arabe dont il est président à vie. Le 5 janvier 1948, l'émir lance un manifeste, contresigné par les représentants des principaux partis nord-africains, engageant la lutte pour l'indépendance de l'Afrique du Nord. Mais le temps passant, Abdelkrim, vieillit et est hostile à la monarchie marocaine. Il ne peut maintenir autour de lui l'union des chefs nationalistes maghrébins. Au cours de la crise marocaine de 1953, il refuse de choisir entre les partisans du sultan déchu, Moulay Youssef, et ceux de Moulay Arafa. Il garde, les années suivantes, une intransigeance absolue. Le 4 mai 1956, il affirme encore: «Nous n'acceptons pas de solution de compromis en Algérie, au Maroc ou en Tunisie. Nous voulons l'indépendance totale.» Il refuse de revenir au Maroc «avant que le dernier militaire étranger ait quitté le sol maghrébin» et dénonce avec violence la «trahison» des accords d'Evian. C'est au Caire qu'il meurt en février 1963, à l'âge de quatre-vingt-un ans. Le roi Hassan ll fit rapatrier son corps au Maroc. Quels sont les rôles historique d'Abdelkrim et son exacte personnalité? La propagande des autorités du protectorat s'attachait à le dépeindre comme un de ces nombreux rougis (prétendants) surgis au Maroc, à l'image de Bou Hamara, qui, dans ce même Rif, quelques années auparavant, s'était dressé contre le makhzen. S'il ne fut pas le simple rebelle fanatique et ignorant, xénophobe et ne représentant que des aspirations tribales parées d'oripeaux démocratiques, fut-il, comme l'affirmaient ses partisans, le Mustapha Kemal du Maghreb qui aurait pu faire d'Ajdir l'Ankara de l'Ouest? Pour P. Montagne, il «représente authentiquement le vieux Maroc des tribus», et «les résistances acharnées qu'oppose l'Islam traditionnel à l'influence de l'Occident». Il est avant tout un homme du passé, un «primitif» de la révolte. D'autres, tel Pessah Shinar, sont sensibles à son modernisme, à ce qu'il apporte «de neuf dans les annales politico-religieuses du Maghreb: la première manifestation d'un nationalisme arabo-berbère militant et d'un modernisme islamique dans un environnement purement berbère». Au Maroc, le soulèvement d'Abdelkrim eut une influence considérable. Il mit un terme au «lyautéisme» et, malgré les craintes et les réticences d'une large partie de la bourgeoisie, donna aux Marocains un héros national. Le retentissement de son action s'étendit du Maroc à la Tunisie et atteignit l'Orient, traversé par la crise de l'après-guerre, ébranlé par la chute du califat et la montée du nationalisme. La guerre du Rif servira de modèle aux mouvements d'indépendance d'autres pays colonisés. Hô Chi Minh, glorifiant en Abdelkrim le «précurseur», reconnaît tout ce que les révoltes armées doivent à ce modèle de résistance: action étendue et simultanée (guérilla) pour empêcher la concentration ennemie, mise en condition de la population, recours aux initiatives diplomatiques diverses, appel à l'opinion publique, formation de comités de soutien... Dans les années 1980, le rôle d'Abdelkrim dans les origines de la guerre du Rif fut remis en cause. Il aurait plus suivi le mouvement qu'il ne l'aurait créé ou animé. Son attitude aurait été de «compromis, voire de complicité avec l'envahisseur» (Ayache). Ces jugements relancèrent le débat sur l'action du chef rifain. Il opposa les défenseurs de l'image d'un héros, dès l'enfance promis à son destin de résistant, «constamment inflexible dans ses convictions et son anti-impérialisme» (Ameziane) aux tenants d'un personnage plus complexe, d'abord «loyal serviteur de la cause espagnole», puis s'engageant tour à tour dans des «options différentes, sinon franchement contraires», pour finalement, habilement, capter à son profit un courant qui «était créé et existait sans lui» (Ayache). Le recul manque encore, et la sérénité des passions apaisées, pour que l'histoire porte un avis impartial sur un homme qui, quoi qu'on puisse penser de sa personnalité, réalité et mythe, marqua l'histoire de son époque: Abdelkrim, sans conteste un des promoteurs du nationalisme maghrébin, a été également l'un des théoriciens de la lutte armée pour la libération.

Simon

(Suite)
Il renforce dès lors son pouvoir. Il crée un État, avec un «makhzen» (gouvernement central) qui présente un mélange de traits traditionnels et modernes: "La République du Rif". Abdelkrim voit de plus en plus grand et de plus en plus loin. Après n'avoir envisagé que l'indépendance de sa propre tribu des Beni Ouriaghel, il élargit son champ d'action à tout le Rif qu'il proclame donc, république. Le choix de ce terme est judicieux puisqu'il doit attirer la sympathie occidentale et répondre aux traditions démocratiques berbères. En juillet 1923, il adresse au Parlement français un appel en faveur de la «renaissance nationale» du Rif. Il noue des relations avec un comité britannique, attiré par la richesse minière du Nord marocain et rapidement sa renommée devient internationale. il cherche aussi l'appui du Kominterm (parti rassemblant les communistes du monde entier) ainsi que celui du Parti communiste français. De plus, il trouve des aides dans le monde islamique profondément remué par la renaissance arabe. La proclamation d'une république indépendante du Rif, à l'intérieur des frontières nationales de l'empire chérifien, remet en cause l'autorité du sultan et représente une menace sur la zone du protectorat français, bien que le Rif se trouve en zone de protectorat espagnol. Cela débouche sur d'inévitables accrochages avec l'armée française. En 1924, les espagnol se replient sur la côte, et en 1925, il fait prisonnier son rival Raïssouli. Abdelkrim prend donc les devants. Il lance au printemps de 1925, avec ses moujahidins rifains, de violentes attaques qui sont difficilement contenues. Il annonce la prise de Fès pour le mois de mai. Bloqué au sud, il envahit l'Est et l'Ouest où le ralliement des Jebala le conduit au seuil du Gharb. Il double ses hauts faits d'une vaste action auprès de l'opinion publique française et internationale. Ainsi il demande la reconnaissance des gouvernements du monde entier. Après l'annonce de la prise prochaine de la ville de Fès, le gouvernement français décide de riposter. Il conclut un accord avec l'Espagne afin de lancer une action commune d'envergure. Ces deux pays envoient des renforts considérables et unifient le commandement militaire sous l'autorité du maréchal Pétain. En mars 1926, des pourparlers de paix commencent à Oujda mais échouent très rapidement. Une offensive générale franco-espagnole est lancée avec un demi million d'hommes, un armement considérable et l'appui de 44 escadrilles d'avions de combat. La conséquence ne se fait pas attendre: les troupes de l'émir sont en déroute et le 27 mai 1926, Abdelkrim se rend. Le 27 août1926, Mohamed Ibn Abdelkrim quitte Fès: il est exilé dans l'île de la Réunion. Dans cette colonie française, l'atmosphère de la civilisation villageoise du Rif est recréée et Abdelkrim vit au milieu de nombreux enfants, les siens mais aussi ceux de son frère et de son oncle. A plusieurs reprises, en 1932 et en 1936, il est question de son transfert en France. Il ne l'obtient qu'en mai 1947. Le 31 mai 1947, au cours de l'escale en Égypte, il s'échappe du navire qui le transporte et trouve asile au Caire. Avec les leaders nationalistes marocains Abd el-Khaleq Torres et Allal el-Fassi, et le chef du Néo-destour tunisien Bourguiba, il fonde, au Caire, le 9 décembre 1947, un Comité de libération du Maghreb arabe dont il est président à vie. Le 5 janvier 1948, l'émir lance un manifeste, contresigné par les représentants des principaux partis nord-africains, engageant la lutte pour l'indépendance de l'Afrique du Nord. Mais le temps passant, Abdelkrim, vieillit et est hostile à la monarchie marocaine. Il ne peut maintenir autour de lui l'union des chefs nationalistes maghrébins. Au cours de la crise marocaine de 1953, il refuse de choisir entre les partisans du sultan déchu, Moulay Youssef, et ceux de Moulay Arafa. Il garde, les années suivantes, une intransigeance absolue. Le 4 mai 1956, il affirme encore: «Nous n'acceptons pas de solution de compromis en Algérie, au Maroc ou en Tunisie. Nous voulons l'indépendance totale.» Il refuse de revenir au Maroc «avant que le dernier militaire étranger ait quitté le sol maghrébin» et dénonce avec violence la «trahison» des accords d'Evian. C'est au Caire qu'il meurt en février 1963, à l'âge de quatre-vingt-un ans. Le roi Hassan ll fit rapatrier son corps au Maroc. Quels sont les rôles historique d'Abdelkrim et son exacte personnalité? La propagande des autorités du protectorat s'attachait à le dépeindre comme un de ces nombreux rougis (prétendants) surgis au Maroc, à l'image de Bou Hamara, qui, dans ce même Rif, quelques années auparavant, s'était dressé contre le makhzen. S'il ne fut pas le simple rebelle fanatique et ignorant, xénophobe et ne représentant que des aspirations tribales parées d'oripeaux démocratiques, fut-il, comme l'affirmaient ses partisans, le Mustapha Kemal du Maghreb qui aurait pu faire d'Ajdir l'Ankara de l'Ouest? Pour P. Montagne, il «représente authentiquement le vieux Maroc des tribus», et «les résistances acharnées qu'oppose l'Islam traditionnel à l'influence de l'Occident». Il est avant tout un homme du passé, un «primitif» de la révolte. D'autres, tel Pessah Shinar, sont sensibles à son modernisme, à ce qu'il apporte «de neuf dans les annales politico-religieuses du Maghreb: la première manifestation d'un nationalisme arabo-berbère militant et d'un modernisme islamique dans un environnement purement berbère». Au Maroc, le soulèvement d'Abdelkrim eut une influence considérable. Il mit un terme au «lyautéisme» et, malgré les craintes et les réticences d'une large partie de la bourgeoisie, donna aux Marocains un héros national. Le retentissement de son action s'étendit du Maroc à la Tunisie et atteignit l'Orient, traversé par la crise de l'après-guerre, ébranlé par la chute du califat et la montée du nationalisme. La guerre du Rif servira de modèle aux mouvements d'indépendance d'autres pays colonisés. Hô Chi Minh, glorifiant en Abdelkrim le «précurseur», reconnaît tout ce que les révoltes armées doivent à ce modèle de résistance: action étendue et simultanée (guérilla) pour empêcher la concentration ennemie, mise en condition de la population, recours aux initiatives diplomatiques diverses, appel à l'opinion publique, formation de comités de soutien... Dans les années 1980, le rôle d'Abdelkrim dans les origines de la guerre du Rif fut remis en cause. Il aurait plus suivi le mouvement qu'il ne l'aurait créé ou animé. Son attitude aurait été de «compromis, voire de complicité avec l'envahisseur» (Ayache). Ces jugements relancèrent le débat sur l'action du chef rifain. Il opposa les défenseurs de l'image d'un héros, dès l'enfance promis à son destin de résistant, «constamment inflexible dans ses convictions et son anti-impérialisme» (Ameziane) aux tenants d'un personnage plus complexe, d'abord «loyal serviteur de la cause espagnole», puis s'engageant tour à tour dans des «options différentes, sinon franchement contraires», pour finalement, habilement, capter à son profit un courant qui «était créé et existait sans lui» (Ayache). Le recul manque encore, et la sérénité des passions apaisées, pour que l'histoire porte un avis impartial sur un homme qui, quoi qu'on puisse penser de sa personnalité, réalité et mythe, marqua l'histoire de son époque: Abdelkrim, sans conteste un des promoteurs du nationalisme maghrébin, a été également l'un des théoriciens de la lutte armée pour la libération.

Simon

Il renforce dès lors son pouvoir. Il crée un État, avec un «makhzen» (gouvernement central) qui présente un mélange de traits traditionnels et modernes: "La République du Rif". Abdelkrim voit de plus en plus grand et de plus en plus loin. Après n'avoir envisagé que l'indépendance de sa propre tribu des Beni Ouriaghel, il élargit son champ d'action à tout le Rif qu'il proclame donc, république. Le choix de ce terme est judicieux puisqu'il doit attirer la sympathie occidentale et répondre aux traditions démocratiques berbères. En juillet 1923, il adresse au Parlement français un appel en faveur de la «renaissance nationale» du Rif. Il noue des relations avec un comité britannique, attiré par la richesse minière du Nord marocain et rapidement sa renommée devient internationale. il cherche aussi l'appui du Kominterm (parti rassemblant les communistes du monde entier) ainsi que celui du Parti communiste français. De plus, il trouve des aides dans le monde islamique profondément remué par la renaissance arabe. La proclamation d'une république indépendante du Rif, à l'intérieur des frontières nationales de l'empire chérifien, remet en cause l'autorité du sultan et représente une menace sur la zone du protectorat français, bien que le Rif se trouve en zone de protectorat espagnol. Cela débouche sur d'inévitables accrochages avec l'armée française. En 1924, les espagnol se replient sur la côte, et en 1925, il fait prisonnier son rival Raïssouli. Abdelkrim prend donc les devants. Il lance au printemps de 1925, avec ses moujahidins rifains, de violentes attaques qui sont difficilement contenues. Il annonce la prise de Fès pour le mois de mai. Bloqué au sud, il envahit l'Est et l'Ouest où le ralliement des Jebala le conduit au seuil du Gharb. Il double ses hauts faits d'une vaste action auprès de l'opinion publique française et internationale. Ainsi il demande la reconnaissance des gouvernements du monde entier. Après l'annonce de la prise prochaine de la ville de Fès, le gouvernement français décide de riposter. Il conclut un accord avec l'Espagne afin de lancer une action commune d'envergure. Ces deux pays envoient des renforts considérables et unifient le commandement militaire sous l'autorité du maréchal Pétain.

Simon


En mars 1926, des pourparlers de paix commencent à Oujda mais échouent très rapidement. Une offensive générale franco-espagnole est lancée avec un demi million d'hommes, un armement considérable et l'appui de 44 escadrilles d'avions de combat. La conséquence ne se fait pas attendre: les troupes de l'émir sont en déroute et le 27 mai 1926, Abdelkrim se rend. Le 27 août1926, Mohamed Ibn Abdelkrim quitte Fès: il est exilé dans l'île de la Réunion. Dans cette colonie française, l'atmosphère de la civilisation villageoise du Rif est recréée et Abdelkrim vit au milieu de nombreux enfants, les siens mais aussi ceux de son frère et de son oncle. A plusieurs reprises, en 1932 et en 1936, il est question de son transfert en France. Il ne l'obtient qu'en mai 1947. Le 31 mai 1947, au cours de l'escale en Égypte, il s'échappe du navire qui le transporte et trouve asile au Caire. Avec les leaders nationalistes marocains Abd el-Khaleq Torres et Allal el-Fassi, et le chef du Néo-destour tunisien Bourguiba, il fonde, au Caire, le 9 décembre 1947, un Comité de libération du Maghreb arabe dont il est président à vie. Le 5 janvier 1948, l'émir lance un manifeste, contresigné par les représentants des principaux partis nord-africains, engageant la lutte pour l'indépendance de l'Afrique du Nord. Mais le temps passant, Abdelkrim, vieillit et est hostile à la monarchie marocaine. Il ne peut maintenir autour de lui l'union des chefs nationalistes maghrébins. Au cours de la crise marocaine de 1953, il refuse de choisir entre les partisans du sultan déchu, Moulay Youssef, et ceux de Moulay Arafa. Il garde, les années suivantes, une intransigeance absolue. Le 4 mai 1956, il affirme encore: «Nous n'acceptons pas de solution de compromis en Algérie, au Maroc ou en Tunisie. Nous voulons l'indépendance totale.» Il refuse de revenir au Maroc «avant que le dernier militaire étranger ait quitté le sol maghrébin» et dénonce avec violence la «trahison» des accords d'Evian. C'est au Caire qu'il meurt en février 1963, à l'âge de quatre-vingt-un ans. Le roi Hassan ll fit rapatrier son corps au Maroc. Quels sont les rôles historique d'Abdelkrim et son exacte personnalité? La propagande des autorités du protectorat s'attachait à le dépeindre comme un de ces nombreux rougis (prétendants) surgis au Maroc, à l'image de Bou Hamara, qui, dans ce même Rif, quelques années auparavant, s'était dressé contre le makhzen. S'il ne fut pas le simple rebelle fanatique et ignorant, xénophobe et ne représentant que des aspirations tribales parées d'oripeaux démocratiques, fut-il, comme l'affirmaient ses partisans, le Mustapha Kemal du Maghreb qui aurait pu faire d'Ajdir l'Ankara de l'Ouest?

ahmed

تحية طيبة و بعد
لدي مجموعة هامة من العملات المغربية القديمة و أود مبادلة المتضاعف منها بعملات أخرى مغربية مما ينقص مجموعتي , كما أنني مستعد للشراء و شكرا

ahmed irhioaz
[email protected]tmail.com

saint sylvestre

Ali, je te remercie pour cete image :)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Voyagez dans le temps...

  • ...à la rencontre du Maroc de jadis. Découvrez les paysages, événements historiques et personnages d'autrefois, à travers une vaste collection de cartes postales, gravures, photographies, affiches et monnaies anciennes.

    MarocAntan publie régulièrement de nouveaux documents, que vous êtes invités à commenter. Vous pouvez aussi nous faire partager vos souvenirs ou mettre en ligne vos propres images. En savoir+

    Cliquez pour envoyer un courriel.

    + Translation / Übersetzung

    English Deutsch

La voix du passé

Affiches anciennes

  • Quelques affiches pour retrouver l'atmosphère d'autrefois. Publicitaires, informatives ou politiques, elles sont le reflet d'une époque.

Monnaies d'antan

  • Amateurs de numismatique, accédez à un fond remarquable de monnaies anciennes du Maroc : billets de banque et pièces en or ou argent, datant du Xème au XXème siècle.

Cartes & plans

  • Consultez, compulsez des cartes du Maroc de jadis et partez en expédition sur les chemins du passé. Si vous possédez une cartographie ancienne, envoyez-nous en une copie haute résolution.

Visitez aussi...

  • Cliquez pour visiter MarocAuction.
  • Cliquez pour visiter MarocAntics.
  • Cliquez pour afficher notre sélection de liens.

Conditions

  • Creative Commons License

Références

  • ■ Référencer et se syndiquer

    Référencez MarocAntan. Abonnez-vous à MarocAntan.
  • ■ Marque-page

  • ■ Classements et top-trucs
  • ■ Visites du monde