Actualité

  • Publiez sur MarocAntan vos documents anciens (cartes, photos, affiches, monnaies...) : envoyez par e-mail des copies numériques en haute résolution et participez ainsi à la construction d'une vaste banque d'images gratuite sur le Maroc d'autrefois.

    ■ ■ ■

    Informez-vous sur la vie du site (en savoir plus).

    ■ ■ ■

    Effectuez vos recherches sur le Maroc ancien et consultez les petites annonces.

    ■ ■ ■

    Nouveau ! Découvrez RadioAntan.

Cartes postales & photographies

  • ■ ■ ■ Villes et campagnes

    Survolez la carte interactive : des info-bulles vous indiquent le nom des différentes régions du Maroc. Cliquez sur chacune d'elles pour afficher les images correspondantes. Et commencez le voyage...

    Agadir et sa région Casablanca et sa région Fès et sa région Marrakech et sa région Meknès et sa région Ouarzazate, Zagora et le Sud Oujda et l'Est Rabat et sa région Safi, Essaouira et leur région Sahara et confins sahariens Tanger, Tetouan et le Nord
  • ■ ■ ■ Nos aïeux et les vôtres

    Une galerie des principales figures du Maroc d'antan : souvent étonnantes, toujours émouvantes. Peut-être y reconnaîtrez-vous l'un de vos parents ?

  • ■ ■ ■ Grande et petite histoire

    Le récit imagé de l'histoire du Maroc aux XIXème et XXème siècles, ainsi que de sa relation passionnée avec la France.

Livres & textes

  • Améliorez votre connaissance du Maroc d'autrefois, grâce à des ouvrages anciens ou contemporains. Bibliophiles, érudits ou curieux, découvrez et proposez les titres indispensables.

Rechercher dans MarocAntan

Ils font le site

Communauté

  • Communauté de MarocAntan sur MyBloglog

« Les deux faucons | Accueil | Attention les yeux! »

Commentaires

jean chassaing

je crois que c est mon gd pere carmelo Giliberto qui etait l entrepreneur

serrano

Le constructeur fût Mr. Sburlatti

rbati

est ce qu'on peut nous parler encore plus de la cathedrale St Pierre , et la place du golan qui se trouve juste en face.

Simionesco Philippe

Je crois moi aussi (!) que mon grand-père Alexandre Simionesco était l'entrepreneur qui a construit la cathédrale ...mais sans doute étaient-ils plusieurs !Si quelqu'un peut me donner une information à ce sujet j'en serai très heureux . Merci.

Elie Cohen

En 1219, du vivant même de St François d’Assise, les premiers Franciscains entrèrent au Maroc. Quelques années après, en 1225, le Saint-Siège nommait évêque, pour les territoires sous domination almohade, le Dominicain Frère Dominique. En 1226, le Franciscain Frère Agnelo fut nommé évêque de Fès.

Du XIVe au XVIIe siècle, les missionnaires espagnols continuèrent à exercer leur apostolat parmi les captifs chrétiens, sous l’autorité d’évêques qui résidaient normalement à Séville, en qualité d’auxiliaires de l’Archevêque de cette ville. En 1630, l’évêché du Maroc fut réduit au rang de Préfecture Apostolique dépendant de Rome et fut confié aux Franciscains de S. Diego d’Andalousie, qui demeurèrent toujours à son service. Au milieu du XVIIIe siècle, une fois aboli l’esclavage des chrétiens au Maroc, les petites communautés de commerçants européens s’accroissent dans les villes de la côte.

Le Vicariat Apostolique du Maroc et sa division ultérieure
En 1908, le Pape Pie X éleva la Préfecture Apostolique du Maroc au niveau de Vicariat Apostolique. Le premier titulaire en fut l’Archevêque Mgr. Francisco María Cervera, avec siège à Tanger. En 1920, le Saint-Siège nomma le Père Lucien Dané Vicaire délégué pour la zone du Maroc sous protectorat français. Trois ans après, Pie XI créa deux Vicariats Apostoliques : un avec siège à Rabat, pour la zone du Protectorat français, et un autre à Tanger, pour la zone du Protectorat espagnol et la zone internationale de Tanger. Dans cette ville continuait à résider Mgr. Cervera, cependant que pour Rabat était nommé Mgr. Colomban Dreyer, qui devait abandonner le Maroc en 1927. Mgr. Cervera était mort un an auparavant.

Le successeur de Mgr. Cervera fut Mgr. José María Betanzos qui devait occuper le siège de Tanger jusqu’en 1948. Entre temps, Mgr. Henri Vielle était choisi comme deuxième Vicaire Apostolique de Rabat en 1927, et, à sa mort, en 1946, la charge fut assurée, par intérim, par Mgr. Ludovic Peurois qui avait été jusqu’à cette date auxiliaire de l’évêque défunt. En 1947, Mgr. Louis-Amédée Lefèvre succéda à Rabat à Mgr Vielle. A Tanger, Mgr. Francisco Aldegunde, évêque coadjuteur avec droit de succession auprès de Mgr. Betanzos depuis 1947, occupa la charge de Vicaire Apostolique à la mort de ce dernier, en 1948.
A suivre

David Bensoussan

Bientôt un siècle et demi d'activités qui ont fait rayonner la langue française de par le monde. Le mandat de l'Alliance israélite universelle (AIU) a donné aux Juifs de la diaspora l'occasion d'avoir une ouverture sur le monde moderne depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Pour la plupart, les Juifs des pays musulmans étaient prisonniers d'un statut de dhimmi (toléré) dans des pays islamiques, et leurs droits y étaient inférieurs par rapport à ceux de la population islamique majoritaire. L'Alliance n'a pas seulement apporté une nouvelle dimension culturelle, mais elle a aussi contribué à faire connaître au monde le sort difficile des Israélites et à insuffler à ces derniers un goût de liberté et d'affranchissement. En rapportant les excès envers les Israélites, l'Alliance a contribué au fait que les oppresseurs durent rendre des comptes parce que l'opinion internationale en fut saisie. L'on a souvent tendance à oublier cette contribution de l'AIU, car les puissances coloniales ont fini par faire régner l'ordre et la paix, mettant fin à une insécurité séculaire.


L'Alliance est plus qu'une institution de scolarisation. Tout celui qui est passé par son moule a pu bénéficier de l'apport du corps enseignant tout dévoué à sa tâche. Les professeurs ne voulaient pas seulement que diffuser un enseignement, mais visaient l'excellence. Ils avaient pour leurs étudiants les ambitions les plus nobles. Ils tenaient tellement à ce qu'ils réussissent que cela transparaissait au quotidien. C'est dans une atmosphère familiale et privilégiée que les élèves reçurent une éducation et des enseignements de la vie.


Doit-on rappeler la réussite des finissants de l'Alliance ? L'Alliance a permis d'ouvrir tout grand la voie vers des carrières professionnelles tant dans la science que dans les arts. L'énumération non seulement des cas de réussite mais aussi des statistiques portant sur les dizaines de milliers d'autres élèves qui sont passés par ses établissements serait fastidieuse. Mais il y a plus encore : Où que l'on soit sur le continent, l'on rencontre des anciens amoureux et nostalgiques qui ont conservé un merveilleux souvenir de leur séjour, de leurs professeurs et des copains farceurs.


La présence de l'A.I.U sur les bords du St Laurent s'est faite tout naturellement avec l'arrivée des Juifs d'Afrique du Nord et du Moyen Orient. Cette présence bien qu'étant un phénomène récent, a pris en quelques années une importance indéniable. Importance due, certes, au fait français au Québec, mais aussi à une volonté de mettre en commun des expériences pédagogiques qui ont fait leurs preuves dans les établissements de l'Alliance de par le monde. Les écoles juives de Montréal, anglophones et francophones sont toutes aujourd'hui affiliées à l'AIU, et près de 7000 élèves bénéficient de cette association. Nombreux sont les professeurs qui sont des anciens de l'Alliance et qui ont reçu eux-mêmes de leurs aînés des valeurs qu'ils retransmettent au Canada avec la même ferveur, dans le respect d'autrui et dans la fierté du patrimoine juif. Dans le contexte canadien, les établissements affiliés à l'Alliance couvrent l'ensemble des tendances religieuses fort différentes, allant du mouvement libéral à l'ultra orthodoxie.


Avec le recul du temps, on commence à réaliser la dimension du défi titanesque relevé par l'Alliance tant su rle plan des efforts pédagogiques et organisationnels que sur le plan financier. L'AIU nous donne ici une leçon d'histoire exemplaire qui aura marqué l'histoire du peuple juif en diaspora. Fasse que l'œuvre passée de l'Alliance puisse nous inspirer pour pouvoir continuer et persévérer dans la foulée de son idéal.

David Bensoussan

(suite)
Par les décrets du 14 Septembre 1955 et du 14 Novembre 1956, le Pape Pie XII éleva respectivement les Vicariats Apostoliques de Rabat et de Tanger au rang de Sièges Archiépiscopaux, dépendant tous deux du Saint-Siège. Mgr. Louis-Amédée Lefèvre et Mgr. Francisco Aldegunde furent désignés comme Archevêques, après avoir été jusqu’alors titulaires des Vicariats supprimés.

Mgr. Jean-Marcel Chabbert fut nommé Archevêque coadjuteur de Rabat en 1967 et succéda à Mgr. Lefèvre, à la mort de celui-ci en 1968. A Tanger, après la démission, pour raison d’âge, de Mgr. Aldegunde, Mgr. Carlos Amigo Vallejo fut choisi et consacré comme Archevêque en 1974. En 1982, Mgr. Carlos Amigo fut transféré au siège archiépiscopal de Séville et Mgr. Jean-Marcel Chabbert à celui de Perpignan. Les deux diocèses furent alors respectivement confiés à Mgr. Chabbert (Rabat) et au Père Ramon Lourido (Tanger), en qualité d’Administrateurs Apostoliques jusqu’à ce que, en 1983, fussent désignés et consacrés Archevêques de Rabat et de Tanger, respectivement, Mgr. Hubert Michon et Mgr. Antonio Peteiro Freire.

Un événement particulièrement important de l’histoire de l’Eglise au Maroc fut la visite du Pape Jean-Paul II à Casablanca le 19 Août 1985. Le 3 décembre 1999, le Père Vincent Landel a été nommé Archevêque-coadjuteur de Rabat et ordonné le 26 février 2000 en l’Eglise Notre-Dame de Lourdes à Casablanca. Le 5 Mai 2001, à la démission de Mgr.Hubert Michon, il devient Archevêque de Rabat.

Le 24 mars 2005, le Pape Jean-Paul II a accepté la démission de Mgr Antonio Peteiro Freire pour raisons de santé et le P. José Seijas Torres a été nommé administrateur apostolique du diocèse de Tanger.

Quelques données statistiques
A partir de l’Indépendance du Pays, la communauté chrétienne au Maroc a progressivement diminué, à mesure que la population européenne disparaissait. Actuellement, le nombre des baptisés se situe aux environs de 25.000. Sur ceux-ci, 2.500 constituent le diocèse de Tanger et le reste, celui de Rabat.

Jamal

juste au centre ville ou agdal comme ce k'a dit imane. mais visitez tt : chellah oudayas( le thé à la menthe avec une vue extra, surtt au coucher du soleil, je vous dis pas sdda33 ). ya aussi hassan mais n'y aller pas juste pour prendre les photos, imaginez ce ki a pu passer labas f les epoques passés, genre gladiator .
l'ancienne medina, mon point faible, remplis d'histoire et de sagesse. a chaque fois ke je passe par la j'ai la nostalgie, car j'ai vécu mon enfance dans un coin cha3bi,les gens etaient tous aimables et formaient une grande famille. tu jouais tranquille et la voisine te demande se lui faire une course ou hania c comme une tante.
les ptites ruelles l'architecture tradionnelle, les couleurs, la simplicité de la vie.les gens vivent encore le jour au jour waoooo.
sinon vous pouvez sortir de rabat, ya les mangnifiques plages d'el harhoura (c mon paradis) ou zid zid zid.
visitez rabat sans cette idée ke c la capitale et k'elle est ennyuante, laisser libre cours a votre imagination et a votre esprit d'aventure, je suis sure ke vous allez l'aimer.
Peace

Kamal

BONJOUR ...
JE SUIS UN MAROCAIN RESIDANT A SALE...
COMME VOUS LE SAVEZ SEUL LE PETIT FLEUVE DE BOUREGREG
SEPARE CETTE VILLE DE RABAT...
CETTE DERNIERE EST BEAUCOUP PRISE EN CONSIDERATION
DANS VOTRE SITE PAR RAPPORT A SA VOISINE DE L AUTRE
RIVE ...LES PHOTOS PUBLIEES DANS CE SITE ET RESERVEES
A RABAT EN TEMOIGNENT...
SERAIS CE PAR UNE PREFERENCE NON JUSTIFIEEOU PEUT ETRE
JUSTIFIEE ?PAR MANQUE DE PHOTOS ? OU PAR UNE AUTRE
RAISON QUI ME DEPASSE ET QUE JE VOUDRAIS BIEN
CONNAITRE ...
AUTREMENT AYEZ BIEN LA GENTILLESSE D AFFICHER ET D
AJOUTER DES PHOTOS DE SALE A CETTE BELLE EXPOSITION D
IMAGES QUE CONTIENT VOTRE SITE...

je suis nee a rabat a la marternité en face de l'eglise espagnol en 1938 et j'ai toujours le Maroc et RABAT dans mon coeur

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Voyagez dans le temps...

  • ...à la rencontre du Maroc de jadis. Découvrez les paysages, événements historiques et personnages d'autrefois, à travers une vaste collection de cartes postales, gravures, photographies, affiches et monnaies anciennes.

    MarocAntan publie régulièrement de nouveaux documents, que vous êtes invités à commenter. Vous pouvez aussi nous faire partager vos souvenirs ou mettre en ligne vos propres images. En savoir+

    Cliquez pour envoyer un courriel.

    + Translation / Übersetzung

    English Deutsch

La voix du passé

Affiches anciennes

  • Quelques affiches pour retrouver l'atmosphère d'autrefois. Publicitaires, informatives ou politiques, elles sont le reflet d'une époque.

Monnaies d'antan

  • Amateurs de numismatique, accédez à un fond remarquable de monnaies anciennes du Maroc : billets de banque et pièces en or ou argent, datant du Xème au XXème siècle.

Cartes & plans

  • Consultez, compulsez des cartes du Maroc de jadis et partez en expédition sur les chemins du passé. Si vous possédez une cartographie ancienne, envoyez-nous en une copie haute résolution.

Visitez aussi...

  • Cliquez pour visiter MarocAuction.
  • Cliquez pour visiter MarocAntics.
  • Cliquez pour afficher notre sélection de liens.

Conditions

  • Creative Commons License

Références

  • ■ Référencer et se syndiquer

    Référencez MarocAntan. Abonnez-vous à MarocAntan.
  • ■ Marque-page

  • ■ Classements et top-trucs
  • ■ Visites du monde