Actualité

  • Publiez sur MarocAntan vos documents anciens (cartes, photos, affiches, monnaies...) : envoyez par e-mail des copies numériques en haute résolution et participez ainsi à la construction d'une vaste banque d'images gratuite sur le Maroc d'autrefois.

    ■ ■ ■

    Informez-vous sur la vie du site (en savoir plus).

    ■ ■ ■

    Effectuez vos recherches sur le Maroc ancien et consultez les petites annonces.

    ■ ■ ■

    Nouveau ! Découvrez RadioAntan.

Cartes postales & photographies

  • ■ ■ ■ Villes et campagnes

    Survolez la carte interactive : des info-bulles vous indiquent le nom des différentes régions du Maroc. Cliquez sur chacune d'elles pour afficher les images correspondantes. Et commencez le voyage...

    Agadir et sa région Casablanca et sa région Fès et sa région Marrakech et sa région Meknès et sa région Ouarzazate, Zagora et le Sud Oujda et l'Est Rabat et sa région Safi, Essaouira et leur région Sahara et confins sahariens Tanger, Tetouan et le Nord
  • ■ ■ ■ Nos aïeux et les vôtres

    Une galerie des principales figures du Maroc d'antan : souvent étonnantes, toujours émouvantes. Peut-être y reconnaîtrez-vous l'un de vos parents ?

  • ■ ■ ■ Grande et petite histoire

    Le récit imagé de l'histoire du Maroc aux XIXème et XXème siècles, ainsi que de sa relation passionnée avec la France.

Livres & textes

  • Améliorez votre connaissance du Maroc d'autrefois, grâce à des ouvrages anciens ou contemporains. Bibliophiles, érudits ou curieux, découvrez et proposez les titres indispensables.

Rechercher dans MarocAntan

Ils font le site

Communauté

  • Communauté de MarocAntan sur MyBloglog

« L'art de la décoration | Accueil | Dans la palmeraie »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451659969e200d83526768e53ef

Voici les sites qui parlent de Casablanca dans le texte :

Commentaires

Reda Boucetta

jolie travail !

Abdellah Naguib


La Carte Postale :

Dar El Beyda…Casablanca pour les espagnols qui vivaient sous le règne du Sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah à l’intérieur de l’ancienne Anfa, connu depuis sous le nom d’Ancienne Médina(1)

Casablanca avec ses cartes postales, représente un foyer d’exploitation inépuisable, pour les collectionneurs et autres amoureux de la cité blanche.

En 1907, l’instauration de la censure militaire, obligea les soldats des contingents français et espagnols à correspondre avec leurs familles par l’envoi exclusif de cartes postales.

A partir de 1912, les photographes et les maisons d’édition, ce donnèrent à cœur joie pour inonder le marché, d’une multitude de cartes postales du type « avant-après » qui avaient pour objectif, en tant que moyen de communication et de propagande, de mettre en valeur pèle mêle et dans un désordre parfait:
Les travaux du port, l’Horloge, les porteurs d’eau, les Galeries Lafayette, Marché Central, les petits cireurs et porteurs, les Statues, les bustes féminins dénudés, Casernes, l’hôtel Excelsior, les bâtiments administratifs etc.

Dans le feu de l’action, les monuments de la mémorable Ancienne Médina (Anfa Lekdima) tels que :
Le mur d'enceinte plus que millénaire, scala, portes, consulats, cercles, casino, postes Chérifiennes et étrangères, zaouïas, borj, banques, hôtels, lieux de culte etc. vont devoir s’éclipser pour ne pas faire de l’ombre à la ville européenne.
Cette dernière ce taillera la part du lion en nombres de cartes postales émises (près de 95%), elle conservera l’exclusivité de « représenter » de facto, les autres quartiers dortoirs de la ville, réduit à faire de la figuration.

(1) Le Larousse, Médina : Vieille ville, par opposition à la ville neuve européenne.


Abdellah Naguib

Le Quartier des Habous, ce lieu de mémoire des enfants de la Nouvelle Médina:

Lors de la visite du Sultan Moulay Youssef à l’Exposition Franco – Marocaine qui s’est tenus à Casablanca en 1915, les travaux d’aménagement et de construction de la ville européenne battaient déjà leur plein, c’est la première fois que des habitats sont construit en dehors de l’enceinte de l’Ancienne Médina, pour répondre au flux des personnes de toutes nationalités, fuyant la guerre en Europe.

Le Makhzen avait pris conscience, de la nécessité de construire un quartier Marocain, pour préserver l’identité et la mémoire collective de la ville.

Le Ministère des Habous, mettra en œuvre son plan d’édification du quartier qui portera son nom et celui du Hajib Ababou à proximité du Palais du Sultan (1)

C’est le conseiller technique permanent du Ministère des Habous qui faisait office d’interlocuteur des Administrations publiques dépendants de la Résidence, qui conduira le suivi des travaux avec les architectes Brion et Cadet (2)

L’exemple salutaire du quartier des Habous, n’a malheureusement pas été suivi par les responsables désignés par la Résidence, qui ce sont succédés à la tête de la Municipalité de Casablanca, Ils préférèrent donner la priorité au quartier réservé !

(1) Les habitants de la Nouvelle Médina, donnerons le nom de Derb Soltane et ou Derb Sidna à l’ensemble des quartiers comprenant : les Habous, Baladia, Carlotti, Bouchentouf, El Kabir etc.

(2) Cadet épousera une Marocaine et se convertira à l’islam (Casablanca Mythes et figures d’une aventure urbaine de Jean-Louis Cohen et Monique Eleb)

Abdellah Naguib


Le quartier de la Nouvelle Médina ou Derb Soltane était totalement inconnu des média de la période coloniale, de nombreuses personnes étrangères natives de Casablanca, ne se risquaient pas dans les parages, en raison des clichés colportés çà et là par les « spécialistes » de la communication…

La ville proprement dite de Casablanca, ce limitait à la ville européenne qui comptait en gros 10% de la population marocaine, c’est dans ce lieu que les manifestations sportives, culturelles, défilés militaires, corso fleuris, bals masqués ce déroulaient.

Le directeur du théâtre Municipal Mr Mercier qui devait obéissance aux membres de la Commission Municipale, tenait sa conférence de presse annuelle, pour annoncer le riche programme de la saison artistique destiné de toute évidence à « ses clients ».

Il n’y avait aucun risque de voir figurer sur le dit programme une quelconque troupe de musique Aïta, de Malhoun ou de Aeabidat R’ma !

Mr Mercier se devait de protéger l’image de marque de « son cinéma ».

Bravo l'artiste!

Abdellah Naguib


La Naissance au début du siècle dernier, d'un des plus beaux quartiers de Casablanca:

Un syndicat est fondé par un employé de commerce français, Lendrat Eugène, qui deviendra millionnaire en achetant aux Roches – Noires des terrains dont personne ne veut ; Il avait acheté à un prix très bas, la cargaison d’un navire (La Nive)échoué du coté de Sidi Abderrahman et l’avait revendu avec un énorme bénéfice.

La principale artère du quartier des « Roches » portait son nom ainsi que le stade de football qu’il avait financé.

Il avait construit l’Eglise de son quartier, a l’identique de celle de son village natal des Hautes-Pyrénées et réalisa en une dizaine d’années Ste marguerite des roches noir, entièrement bâtie en pierre de taille, il recruta un sculpteur alsacien de talent qui réalisa les chapiteaux de l’édifice et un certain nombre de statues.

Le quartier des "Roches" donnera au Maroc des champions de qualité dans les différentes disciplines sportives...S.C.C.R.N

Abdellah Naguib


La naissance du quartier d’Aïn Sebaa :

Le prix du terrain au centre de la ville s’est élevé considérablement et la culture maraîchère s’est trouvée refoulée jusqu'à Ain Sebaa ou des Espagnols et des Italiens s’installèrent.

1915- Création des villages de banlieue :
Ain – Diab, l’Oasis, l’Hermitage, Ain Borja, Beaulieu, Ain Sebaa. Ces deux derniers ont pour point de départ des biens austro – allemands séquestrés en 1914 et vendus par lotissement en 1923.

1923- Ain Diab et Ain Sebaa attirent le dimanche les citadins que ne satisfait plus la plage de Sidi Belyout, Guinguettes et « Cabanons » y fleurissent, suivront la Maison Basque et ses matinées dansantes ainsi que la fameuse piscine « Oceanic » du type américain.

Ce quartier sera doté d’une église, d’un important orphelinat pour enfants européens, créé par la Mission Laïque Française du Maroc, d’un cinéma qui prendra le nom de « Le Beaulieu » d’un complexe sportif de la Compagnie sucrière et d’un club nommé « Armenonville ».

Pour clôturer ce chapelet de souvenirs, je citerais le parc zoologique, la gare ferroviaire, Luna-Park et le marché de la place de la République.

Les jeunes cycliste prenaient part une fois par an, au "pas Dunlop" course qui prenait son départ devant un Ets de "vermouth"!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Voyagez dans le temps...

  • ...à la rencontre du Maroc de jadis. Découvrez les paysages, événements historiques et personnages d'autrefois, à travers une vaste collection de cartes postales, gravures, photographies, affiches et monnaies anciennes.

    MarocAntan publie tous les deux jours un nouveau document, que vous êtes invités à commenter. Vous pouvez aussi nous faire partager vos souvenirs ou mettre en ligne vos propres images. En savoir+

    Cliquez pour envoyer un courriel.

    + Translation / Übersetzung

    English Deutsch

La voix du passé

Affiches anciennes

  • Quelques affiches pour retrouver l'atmosphère d'autrefois. Publicitaires, informatives ou politiques, elles sont le reflet d'une époque.

Monnaies d'antan

  • Amateurs de numismatique, accédez à un fond remarquable de monnaies anciennes du Maroc : billets de banque et pièces en or ou argent, datant du Xème au XXème siècle.

Cartes & plans

  • Consultez, compulsez des cartes du Maroc de jadis et partez en expédition sur les chemins du passé. Si vous possédez une cartographie ancienne, envoyez-nous en une copie haute résolution.

Visitez aussi...

  • Cliquez pour visiter MarocAuction.
  • Cliquez pour visiter MarocAntics.
  • Cliquez pour afficher notre sélection de liens.

Conditions

  • Creative Commons License

Références

  • ■ Référencer et se syndiquer

    Référencez MarocAntan. Abonnez-vous à MarocAntan.
  • ■ Marque-page

  • ■ Classements et top-trucs
  • ■ Visites du monde